Plusieurs travailleurs au chômage de la région ont levé la main pour prêter main-forte à des agriculteurs de la Chaudière-Appalaches. (Crédit photo: Archives)

ÉCONOMIE. La prime accordée par le gouvernement provincial afin d’attirer des chômeurs québécois dans les champs est bien accueillie par les agriculteurs de la région. D’ailleurs, la mesure porte déjà des fruits en Chaudière-Appalaches.

Par Érick Deschênes – Collaboration spéciale

Rappelons d’emblée que Québec a débloqué 45 M$, le 17 avril, afin d’accorder une prime de 100 $ par semaine à tout travailleur québécois qui ira prêter main-forte aux agriculteurs, au moins 25 heures par semaine.

Par cette mesure, le gouvernement provincial veut particulièrement aider les producteurs maraîchers québécois. Face à une pénurie de main-d’œuvre criante, ces derniers se sont tournés vers des travailleurs étrangers temporaires pour combler leurs postes lors des dernières années. Toutefois, en raison de la crise de la COVID-19, ces derniers arrivent au compte-goutte au pays en raison des nombreuses mesures mises en place par différents pays afin de freiner la propagation du coronavirus.

Et à peine quelques jours après le dévoilement du programme, la prime attire plusieurs chômeurs de la région. En date du 20 avril, le centre d’emploi agricole de l’Union des producteurs agricoles (UPA) de Chaudière-Appalaches avait déjà reçu environ 150 candidatures. Les candidats seront bientôt jumelés à des agriculteurs de la région selon leurs préférences.

«C’est une très bonne nouvelle. En plus, ce qui est intéressant avec le programme du gouvernement, c’est que la prime est aussi en vigueur pendant la formation. Ces bras supplémentaires permettront d’assurer la production de fruits et de légumes. Pour avoir parlé à certains producteurs maraîchers de la région, certains d’entre eux envisageaient même de ne pas planter de fruits et de légumes cette année. Avant l’annonce de la prime, ils pensaient à se tourner vers des cultures moins dispendieuses et moins exigeantes en ce qui a trait aux ressources humaines», a expliqué James Allen, le président de l’UPA de Chaudière-Appalaches.

Autres problèmes

Si la mesure gouvernementale a donné un coup de pouce à des agriculteurs de la région, la crise de la COVID-19 n’épargne pas l’agriculture tout comme d’autres secteurs industriels du Québec.

En effet, les producteurs laitiers doivent faire face à une diminution de la demande, ce qui force l’industrie à jeter le lait qui a été produit en trop. Lui-même propriétaire d’une ferme laitière, le président de l’UPA régionale souligne toutefois que les différents intervenants dans le dossier travaillent sur des solutions.

«Il y a beaucoup de fluctuations chaque jour à ce niveau. Il faut dire que 35 % de la production laitière du Québec était achetée par la restauration ou l’hôtellerie, des secteurs qui ne peuvent toujours pas ouvrir leurs portes. […] Présentement, on travaille sur des solutions à court terme pour placer les litres de lait produits en surplus. Par exemple, on parle beaucoup de faire des dons de lait. Par contre, ce lait doit être pasteurisé et homogénéisé dans des usines qui sont aussi affectées par la crise», a affirmé James Allen.

L’autre dossier qui préoccupe beaucoup le président de l’UPA de Chaudière-Appalaches est la santé psychologique des agriculteurs. Là aussi, les divers intervenants de l’industrie agricole œuvrent à apporter du soutien aux producteurs agricoles qui ressentiraient de la détresse face aux conséquences négatives provoquées par la crise de la COVID-19.

«On essaie de se concerter, notamment avec la Financière agricole, pour créer une chaîne téléphonique afin de prendre des nouvelles des producteurs agricoles et s’assurer qu’ils vont bien. Mais on veut que ce soit une action concertée afin que les agriculteurs ne se fassent pas appeler trois fois par trois intervenants différents pour discuter des mêmes questions», a conclu M. Allen.

 

Les plus lus

Se réinventer pour faire face à la crise

ÉCONOMIE. Depuis le début de la crise sanitaire, Le Porc de Beaurivage a vu fondre une bonne partie de sa clientèle composée de restaurateurs, de chefs et de bouchers. Toutefois, une décision d’affaires prise l’automne dernier leur permet maintenant de combler une part de ce vide.

Un virage web payant

ÉCONOMIE. Depuis le début de la crise de la COVID-19, certaines entreprises québécoises ont réussi à tirer leur épingle du jeu. C’est notamment le cas de Meubles South Shore. Le fabricant de meubles basé à Sainte-Croix a vu ses ventes en ligne bondir de 90%.

Desjardins investira plus de 160 M$ pour favoriser la relance économique

ÉCONOMIE. Alors que le Québec amorce la reprise de ses activités, le Mouvement Desjardins a annoncé, le 29 avril, la mise en place de diverses initiatives afin de favoriser la relance économique de la Belle Province et de l'Ontario. La coopérative financière basée à Lévis investira notamment 160 M$ pour ce motif.

Les Confections Joly prête pour la reprise des activités

ÉCONOMIE. Au cours des prochains jours et des semaines à venir au Québec, l’économie reprendra graduellement. Toutefois, les entreprises devront respecter des normes sanitaires strictes lors de leur réouverture. De son côté, les Confections Joly est prête à recommencer ses activités.

Aide fédérale en agriculture : insuffisante selon Sollio

AGRICULTURE. Si l’aide de 252 M$ accordée par le gouvernement fédéral au milieu agricole de tout le Canada est saluée, selon plusieurs représentants du milieu elle est «nettement insuffisante». Sollio Groupe Coopératif (anciennement la Coop Fédérée) joint sa voix à plusieurs autres porte-parole du milieu, dont celles de l’Union des producteurs agricoles (UPA) du Québec et de la Fédération canadien...

Logistik Unicorp produira des millions de blouses pour le secteur médical

ÉCONOMIE. L’entreprise Logistik Unicorp vient tout juste de signer un important contrat avec le gouvernement canadien. Son réseau d’usines et de sous-traitants, une vingtaine en tout, confectionnera des millions de blouses de protection destinées aux travailleurs de la santé de tout le pays.

De nouveaux webinaires pour les entrepreneurs

ÉCONOMIE. La SADC de Lotbinière, le département de développement économique de la MRC de Lotbinière et le Carrefour emploi Lotbinière poursuivent leurs efforts afin d’outiller les entreprises dans la poursuite de leurs affaires en temps de pandémie. Une série de webinaires gratuits sera offerte tous les vendredis du mois de mai.

Prestation travailleurs essentiels : inscription selon le mois de naissance

EMPLOI. Les travailleurs admissibles au Programme incitatif pour la rétention des travailleurs essentiels (PIRTE) pourront déposer leur requête auprès de Revenu Québec dès le 19 mai. Afin d’alléger le processus, un calendrier d’inscriptions en lien avec le mois de naissance a été établi.

Plus de 5M$ aux producteurs de maïs-grain affectés par la crise du propane

AGRICULTURE. La Financière agricole du Québec a confirmé une aide supplémentaire de 5,2 M$ aux producteurs de maïs et de grain. Le versement de l’argent annoncé le 12 mai s’ajoute à un montant déjà confirmé de 60 M$ pour soutenir ceux qui ont été lourdement affectés par la crise du propane de l’automne 2019.