Lucie Leclerc est acéricultrice dans la Seigneurie Joly. Crédit photo : Mélanie Labrecque

ÉCONOMIE. C’est le désir d’être entrepreneure qui a poussé Lucie Leclerc à quitter son emploi d’adjointe administrative chez Desjardins au tournant des années 2010 pour se diriger vers l’acériculture. Elle a vu l'occasion parfaite de réaliser son rêve, en 2012, avec l’érablière de son conjoint Claude.

Cette amoureuse de la nature avait envie de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale avec son conjoint. Ce dernier possédait, depuis quelques années, une érablière au cœur de la Seigneurie Joly, sur une terre qu’il loue. «J’avais toujours voulu m’investir dans quelque chose, mais je ne savais pas quoi. Mais mon but, c’était d’avoir mon entreprise avec mon conjoint. J’ai mis la barre haute», a-t-elle souligné.

Aujourd’hui, elle parle de ce travail avec passion, mais plonger dans cette aventure n’était pas une mince affaire. Tout était à apprendre puisqu’elle n’avait jamais eu de contacts concrets avec l’acériculture. Elle a obtenu un diplôme d’études professionnelles au Centre de formation acéricole de Pohénégamook. Il a aussi fallu qu’elle se familiarise avec les instruments et les façons de faire.

«Quand j’ai commencé, l’osmose, ça me faisait peur. La bouilleuse, je trouvais ça effrayant. Je me suis dit, je vais aller dans le bois. Je suis devenue la préposée aux fuites. […] Ils [les appareils] ont finalement arrêté de me faire peur et maintenant je peux tout faire, à part bûcher», a-t-elle lancé.

Place des femmes

«J’aimerais que les femmes réalisent à quel point c’est accessible et valorisant. […] Elles ne prennent pas encore assez leur place aujourd’hui», a-t-elle déploré. Lucie Leclerc indique que le rôle de chaque personne est important dans une entreprise acéricole. Peu importe qui y travaille, ce qui compte vraiment c’est la collaboration entre les partenaires.

Lorsque la Fédération des producteurs acéricoles du Québec a choisi de reconnaître la place des femmes dans l’industrie en se renommant Les Producteurs et productrices acéricoles du Québec (PPAQ), elle était aux anges.

«Je suis déléguée substitut au PPAQ. Quand on m’appelle, je m’en vais à la table et on prend des décisions. […] Ça faisait deux ans que je travaillais pour dire que nous sommes là, les femmes et nous sommes importantes à plusieurs niveaux.»
Elle reconnaît qu’il reste des barrières à faire tomber. Encore aujourd’hui, elle doit faire sa place et montrer qu’elle travaille d’égal à égal avec son conjoint.

Terre publique

Puisque l’érablière est située dans la Seigneurie Joly, sur une terre publique, elle doit composer avec des défis et des normes supplémentaires imposées par le gouvernement. «On doit demander un permis pour tout, notamment pour abattre un arbre», a-t-elle soulevé.

Malgré tout, elle explique qu’ils prennent soin de leur érablière en faisant entre autres une production de sirop biologique. «Nos normes sont plus hautes que celles du ministère.» Ils accordent aussi une grande place à la biodiversité. Plusieurs essences d’arbres se côtoient. C’est payant, indique-t-elle, puisque plusieurs des nouvelles pousses sont justement des érables à sucre. «C’est un poumon ici, on doit protéger la Seigneurie avec ses érablières», a-t-elle plaidé.

L’érablière de Mme Leclerc et de son conjoint compte une possibilité de plus de 21 000 entailles sur une terre de 118 hectares. Actuellement, plus de 19 000 érables sont en production.

 

Les plus lus

Se réinventer pour faire face à la crise

ÉCONOMIE. Depuis le début de la crise sanitaire, Le Porc de Beaurivage a vu fondre une bonne partie de sa clientèle composée de restaurateurs, de chefs et de bouchers. Toutefois, une décision d’affaires prise l’automne dernier leur permet maintenant de combler une part de ce vide.

Un virage web payant

ÉCONOMIE. Depuis le début de la crise de la COVID-19, certaines entreprises québécoises ont réussi à tirer leur épingle du jeu. C’est notamment le cas de Meubles South Shore. Le fabricant de meubles basé à Sainte-Croix a vu ses ventes en ligne bondir de 90%.

Desjardins investira plus de 160 M$ pour favoriser la relance économique

ÉCONOMIE. Alors que le Québec amorce la reprise de ses activités, le Mouvement Desjardins a annoncé, le 29 avril, la mise en place de diverses initiatives afin de favoriser la relance économique de la Belle Province et de l'Ontario. La coopérative financière basée à Lévis investira notamment 160 M$ pour ce motif.

Les Confections Joly prête pour la reprise des activités

ÉCONOMIE. Au cours des prochains jours et des semaines à venir au Québec, l’économie reprendra graduellement. Toutefois, les entreprises devront respecter des normes sanitaires strictes lors de leur réouverture. De son côté, les Confections Joly est prête à recommencer ses activités.

Aide fédérale en agriculture : insuffisante selon Sollio

AGRICULTURE. Si l’aide de 252 M$ accordée par le gouvernement fédéral au milieu agricole de tout le Canada est saluée, selon plusieurs représentants du milieu elle est «nettement insuffisante». Sollio Groupe Coopératif (anciennement la Coop Fédérée) joint sa voix à plusieurs autres porte-parole du milieu, dont celles de l’Union des producteurs agricoles (UPA) du Québec et de la Fédération canadien...

Logistik Unicorp produira des millions de blouses pour le secteur médical

ÉCONOMIE. L’entreprise Logistik Unicorp vient tout juste de signer un important contrat avec le gouvernement canadien. Son réseau d’usines et de sous-traitants, une vingtaine en tout, confectionnera des millions de blouses de protection destinées aux travailleurs de la santé de tout le pays.

De nouveaux webinaires pour les entrepreneurs

ÉCONOMIE. La SADC de Lotbinière, le département de développement économique de la MRC de Lotbinière et le Carrefour emploi Lotbinière poursuivent leurs efforts afin d’outiller les entreprises dans la poursuite de leurs affaires en temps de pandémie. Une série de webinaires gratuits sera offerte tous les vendredis du mois de mai.

Prestation travailleurs essentiels : inscription selon le mois de naissance

EMPLOI. Les travailleurs admissibles au Programme incitatif pour la rétention des travailleurs essentiels (PIRTE) pourront déposer leur requête auprès de Revenu Québec dès le 19 mai. Afin d’alléger le processus, un calendrier d’inscriptions en lien avec le mois de naissance a été établi.

Plus de 5M$ aux producteurs de maïs-grain affectés par la crise du propane

AGRICULTURE. La Financière agricole du Québec a confirmé une aide supplémentaire de 5,2 M$ aux producteurs de maïs et de grain. Le versement de l’argent annoncé le 12 mai s’ajoute à un montant déjà confirmé de 60 M$ pour soutenir ceux qui ont été lourdement affectés par la crise du propane de l’automne 2019.