(Crédit photo: Courtoisie)

AGRICULTURE. Avant même que les produits biologiques occupent une place importante sur les tablettes des supermarchés, certains producteurs de lait, dont plusieurs dans la MRC de Lotbinière, ont décidé de faire le virage biologique. C’est le cas de Richard Poulin, propriétaire de la ferme Anrilyn de Saint-Édouard, qui a fait le saut dans les années 1990.

Producteur de sixième génération, il a repris la ferme familiale en 1986, s’est associé à son frère en 1989 et entrepris les démarches de certification dans les années 1990.

«Dans les années 1990, on était une gang de Lotbinière qui a décidé de suivre un cours d’introduction à l’agriculture biologique. On a trouvé que c’était logique et on a continué là-dedans. On se tient encore. On est une quinzaine qui fait du lait bio dans Lotbinière», a-t-il raconté.

À l’époque, il fallait avoir de l’audace et aimer relever des défis pour plonger dans l’aventure biologique, se souvient-il. «Les producteurs voisins n’y croyaient pas beaucoup. Avec les années, ils ont vu que ça se passait bien et que ça avait de l’allure. Depuis plusieurs années, les fermes biologiques sont rentables.»

Obligations

Cependant, M. Poulin ne fait pas de cachettes, produire du lait biologique est exigeant, les normes et les contraintes sont nombreuses. «Il faut avoir le sens de l’observation pour soigner les animaux. On utilise la médecine douce. […] Il faut respecter un cahier de charges. L’alimentation des vaches doit être composée à au moins 60% de fourrages et elles doivent aller dehors tous les jours, si la météo le permet», a-t-il expliqué.

S’ajoute tout le volet plantation et culture. Ils n’ont pas le droit de se servir d'engrais chimiques et de certaines méthodes de récolte. Cela exige de la patience et du temps. «On fait comme tout producteur de lait, mais ça demande plus de travail et de main-d’œuvre.»

Obtenir la certification biologique est aussi très long. Il faut trois ans avant d’avoir la certification pour les champs et une année supplémentaire de transition. Pendant cette période, le lait est biologique, mais le producteur n’a pas la certification et n’a donc pas droit à la prime bio. Cette année est difficile, mais après, si le producteur est un bon gestionnaire, il le demeurera et fera des profits, assure M. Poulin.

D’ailleurs, l’industrie est en bonne santé. En 2018, 40 % des producteurs de lait biologiques étaient âgés de 35 ans et moins et 92 % des plus de 50 ans affirmaient avoir une relève. Ce phénomène n’est pas unique au secteur laitier, la tendance se fait aussi sentir dans le maraîcher, ajoute Richard Poulin.

Leader

Le Québec est une place forte de la production canadienne de lait biologique. Selon les Producteurs de lait du Québec, près des deux tiers de la production du pays proviennent de la belle province.

Sur les 136 fermes québécoises, 22 sont en Chaudière-Appalaches et 14 d'entre elles sont dans la MRC de Lotbinière. Actuellement, 58 millions de litres sont produits au Québec, chiffre qui devrait être doublé d’ici 2024. «D’après moi, c’est réaliste, la demande est de plus en plus forte», a mentionné Richard Poulin.

 

 

Les plus lus

Plus de 1 M$ en aide pour les PME de la MRC de Lotbinière

ÉCONOMIE. Le gouvernement fédéral a dévoilé aujourd’hui les détails concernant la distribution du Fonds d’aide et de relance régionale (FARR). Une enveloppe de 5,2 M$ a été accordée à l’ensemble des Sociétés d’aide au développement des collectivités (SADC) et aux Centres d’aide aux entreprises (CAE) de Chaudière-Appalaches.

La route des alcools lance sa deuxième saison

TOURISME. À l’aube des vacances estivales, les producteurs d’alcool de la MRC de Lotbinière ont lancé la deuxième saison de la Route des alcools d’ici. Cette année, 10 producteurs, 3 de plus que l’année dernière, font partie de l’aventure.

Il y aura une saison touristique dans Lotbinière

ÉCONOMIE. Sans festivals, tournois et événements, la saison touristique 2020 sera très différente des précédentes. Malgré ce contexte particulier, Tourisme Lotbinière garde le cap et estime que les visiteurs devraient y trouver leur compte.

Un été pas comme les autres

TOURISME. Les normes sanitaires imposées par le gouvernement changent la donne dans l’industrie touristique. Le Domaine du Radar de Saint-Sylvestre n’y échappe pas, la COVID-19 aura un impact bien réel sur les activités estivales à venir.

Des changements réussis pour le Carrefour emploi Lotbinière

EMPLOI. La dernière année a été marquée par le changement au Carrefour emploi Lotbinière (CEL), notamment par l’élargissement de sa mission auprès de tous les chercheurs d’emploi. L’organisation est revenue sur les faits saillants des 12 derniers mois à l’occasion de son assemblée générale annuelle (AGA) tenue le 16 juin, sur la plateforme Zoom.

Des acteurs touristiques de la région veulent un soutien financier

ÉCONOMIE. Par voie de communiqué, Tourisme Chaudière-Appalaches (TCA) a fait savoir, le 4 juin, qu'elle a envoyé une lettre à la ministre responsable de la Chaudière-Appalaches, Marie-Eve Proulx, afin qu'elle convainque le premier ministre du Québec, François Legault, d'accorder une aide financière aux entreprises touristiques pour compenser les pertes financières et les nouvelles dépenses provoqu...

Création prochaine d’une route des fromages

ÉCONOMIE. Le gouvernement du Québec vient en aide au Conseil des industriels laitiers du Québec en lui accordant une aide financière de 50 000 $. L’argent permettra la mise en place de l’application mobile La Route des fromages du Québec.

La MRC de Lotbinière déploie un programme d’aide aux entreprises

ÉCONOMIE. Pour aider les entreprises à faire face à la crise provoquée par la COVID-19, la MRC de Lotbinière a mis sur pied le programme Résilient. D’ici le mois de septembre, 10 entreprises du territoire auront profité du programme.