Les besoins de main-d’œuvre seront importants dans les prochaines années. (Crédit photo : Archives)

ÉCONOMIE. Selon l’étude économique régionale de la région de Chaudière-Appalaches réalisée par Desjardins, la région souffrira au cours des prochaines années d’un manque de main-d’œuvre, un problème déjà bien connu. En effet, l’étude démontre une augmentation soutenue de la création d’emplois et une diminution du taux de chômage, celui-ci était déjà au plus bas comparé aux autres régions du Québec.

L’étude révèle que la croissance économique, qui a connu une hausse marquée dans les dernières années, réduira la cadence. Selon Chantal Routhier, économiste sénior chez Desjardins, cette statistique n’est pas inquiétante et tout à fait normale. «Comme à l’instar du Québec, on a connu une croissance économique assez forte en 2017, c’est normal par la suite de voir la croissance revenir à des niveaux plus soutenables sur le long terme», rassure-t-elle.

La plupart des chiffres sont encourageants, l’augmentation de la démographie sera particulièrement marquée dans Lotbinière comparativement aux autres MRC de Chaudière-Appalaches. Elle connaîtra une hausse d’un peu plus de 5 %, ce qui classe la MRC au deuxième rang derrière celle de la Nouvelle-Beauce. «Les efforts dans la région (de Lotbinière) sont présents pour attirer de la main-d’œuvre. Certaines initiatives ont été faites dans les dernières années. Ce sont des efforts qui finissent par porter fruit, on le voit tout de suite avec ces chiffres, c’est une très bonne nouvelle», analyse Chantal Routhier.

Ce sont des campagnes promotionnelles comme Découvrir Lotbinière chaque jour, lancée en juin 2018, qui cherche à attirer de jeunes entrepreneurs dans la région qui expliquent les résultats démographiques favorables dans la région.

Le vieillissement de la population

Selon l’étude menée par Desjardins, la baisse du taux de chômage sera liée au vieillissement de la population dans la région. Mme Routhier va dans le même sens. «Les rythmes de croissance vont rester modestes dans la région. Dans un contexte où l'on a besoin de main-d’œuvre, on est dans une région où la population est vieillissante, ça demeure donc un défi au courant des cinq à dix prochaines années», observe-t-elle.

Ce sera donc aux nouveaux arrivants de combler le manque de main-d’œuvre qui continuera de grandir en fonction du nombre grandissant de retraites sur le territoire. Le taux de chômage à 3,5 % en 2017 poursuivra son déclin à 2,5 % jusqu’en 2019. Au Québec, les prévisions situent le taux à 5,1%. Voilà où réside le défi des entrepreneurs de la région qui feront face à un taux de chômage historiquement bas.

 

Les plus lus

Investissement de 2 M$ à Saint-Agapit

ÉCONOMIE. Les propriétaires de la Clinique dentaire Bouchard Goulet, de Saint-Agapit, concrétisent actuellement un projet qu’ils avaient dans leurs cartons depuis deux ans. Ils ont investi 2 M$ dans la construction d’une nouvelle clinique dentaire, qui sera située à quelques pas de l’actuelle. Les travaux ont débuté en juin et devraient être terminés à la mi-novembre.

Investisseurs recherchés

ÉCONOMIE. Le Club de golf les Boisés de Joly s’est placé sous la protection de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité. Le 3 juillet dernier, un avis d’intention de faire une proposition à ses créanciers a été déposé par le syndic, Lemieux Nolet.

Coup de pouce demandé pour des travailleurs étrangers

SOCIÉTÉ. Consciente que la pénurie de main-d’œuvre qui touche actuellement le Québec affecte également les entreprises de la région, l’Apollinairoise Pauline Harrisson souhaite mettre l'épaule à la roue. Elle veut faire venir au Québec 10 jeunes Haïtiens à titre de travailleurs temporaires ou saisonniers. Malgré toute sa bonne volonté, elle se bute à la lourdeur bureaucratique. Elle lance un cri d...