Le conteur, Jacques Hébert, la présidente du CLD, Pierrette Trépanier, le directeur général du CLD, Philippe Mailloux et le conférencier Sébastien Sasseville. (Crédit photo : Mélanie Labrecque)

ÉCONOMIE. Plus de 300 personnes se sont réunies au Complexe des Seigneuries, le 13 novembre, à l’occasion du 20e souper des gens d’affaires de Lotbinière. L’événement a aussi été l’occasion de revenir sur les 20 ans du Centre local de développement de Lotbinière (CLD) et son impact dans le développement économique de Lotbinière.

Pour marquer cet anniversaire, le CLD a choisi d’honorer tout le territoire de la MRC de Lotbinière. L’organisme l’a nommé bâtisseur de l’année, soulignant ainsi l’apport de chaque citoyen et entrepreneur de la région à la croissance de la MRC.

«Après 20 ans, ça nous semblait à propos d’honorer le territoire. De faire une photo de ce qu’est devenu Lotbinière depuis la création du CLD en 1998. C’est un clin d’œil à ce 20e anniversaire qu’on a voulu faire», a indiqué, quelques minutes avant le début du souper, le directeur général du CLD, Philippe Mailloux.

Les organisateurs ont aussi réservé une surprise aux participants en invitant le conférencier originaire de Saint-Patrice-de-Beaurivage, Sébastien Sasseville. Ce dernier est venu parler de l’importance de chaque pas, de chaque étape pour réussir autant en affaires que dans la vie. «En crampon comme en veston, […] le coût de ne pas essayer est beaucoup plus grand que le coût d’échouer.»

Région en croissance

En 20 ans, le visage de la MRC de Lotbinière a changé de façon notable. La région rurale est devenue un pôle de développement économique important sur la Rive-Sud de Québec.

«L’organisation, avec le support des 18 municipalités, a permis d’accompagner plus de 6 000 projets d’entreprises et d’entrepreneurs du territoire. C’est 155 M$ de valeur de projets soutenus tant au démarrage, qu’à la croissance et au transfert d’entreprise», a ajouté M. Mailloux.

La présidente, Pierrette Trépanier, a souligné la contribution de l’équipe du CLD dans ce succès. «Les municipalités ont besoin [du CLD] pour faire différentes choses aussi. On pense juste aux planifications stratégiques qu’on fera pour les municipalités. Nous allons continuer d’aider tout le monde et le personnel a un rôle majeur à y jouer.»

Incertitude

L’étroite collaboration entre le milieu municipal et le CLD a permis à l’organisme de survivre aux coupes du gouvernement dans le financement des CLD en 2014.

«Nous avons été chanceux, parce que la MRC a choisi de garder le CLD, chose qui n’est pas arrivée dans toutes les régions. C’est un gros plus. Nous souhaitions que les commerçants et les entrepreneurs aient toujours le même point de repère», a indiqué Pierrette Trépanier. «Le travail de collaboration qu’on a fait avec la MRC et les 18 municipalités a démontré qu’on avait une valeur ajoutée sur le territoire», a renchéri Philippe Mailloux.

Au terme de cet exercice de réflexion, en juin 2015, le CLD a conservé la confiance des élus, mais a dû composer avec l'amputation d'une partie de son budget. «C’était le grand défi. La coupure représentait pratiquement 175 000 $. […] Il y a eu des décisions déchirantes à prendre. […] Le choix qu’on a fait, à ce moment, c’est d’arrêter de donner des subventions», a rappelé Philippe Mailloux.

Défis

Même si l’économie régionale se porte bien, le CLD de Lotbinière aura à faire face à de nombreux défis, dont celui de s’adapter aux besoins du territoire. Actuellement, l’une des priorités reste la question de la main-d’œuvre, a ajouté Philippe Mailloux.

La proximité avec les villes de Lévis et de Québec compte aussi certains avantages. «De plus en plus de gens d’affaires appellent dans les municipalités de l’Est pour s’informer des terrains industriels et commerciaux disponibles», a mentionné M. Mailloux.

 

Les plus lus

Investissement de 2 M$ à Saint-Agapit

ÉCONOMIE. Les propriétaires de la Clinique dentaire Bouchard Goulet, de Saint-Agapit, concrétisent actuellement un projet qu’ils avaient dans leurs cartons depuis deux ans. Ils ont investi 2 M$ dans la construction d’une nouvelle clinique dentaire, qui sera située à quelques pas de l’actuelle. Les travaux ont débuté en juin et devraient être terminés à la mi-novembre.

Investisseurs recherchés

ÉCONOMIE. Le Club de golf les Boisés de Joly s’est placé sous la protection de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité. Le 3 juillet dernier, un avis d’intention de faire une proposition à ses créanciers a été déposé par le syndic, Lemieux Nolet.

Coup de pouce demandé pour des travailleurs étrangers

SOCIÉTÉ. Consciente que la pénurie de main-d’œuvre qui touche actuellement le Québec affecte également les entreprises de la région, l’Apollinairoise Pauline Harrisson souhaite mettre l'épaule à la roue. Elle veut faire venir au Québec 10 jeunes Haïtiens à titre de travailleurs temporaires ou saisonniers. Malgré toute sa bonne volonté, elle se bute à la lourdeur bureaucratique. Elle lance un cri d...