(Crédit photo : Courtoisie)

ÉCONOMIE. Evol (anciennement Femessor) a nommé son nouveau directeur général pour la Chaudière-Appalaches. Il s’agit de Dany Rodrigue.

Le nouveau directeur général détient un baccalauréat en administration des affaires spécialisé en finance et une maîtrise en sciences de l’administration, option finance en assurance. Il sera responsable, à titre de directeur de la Chaudière-Appalaches, au développement des affaires de la région. Il devra faire des préanalyse des demandes de financement et de l’accompagnement post financement de la clientèle. Enfin, il veillera à ce que les entrepreneurs de la région aient à leur disposition les ressources nécessaires à l’atteinte de leur plein potentiel entrepreneurial.

Rappelons qu’Évol est une organisation soutenue financièrement par le ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI) et par le gouvernement du Canada dans le cadre de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat et a pour mission de contribuer à la création, à la croissance et à l’acquisition d'entreprises diversifiées et inclusives qui ont un impact positif sur la société.

 

Les plus lus

La pénurie de main-d’œuvre toujours aussi présente

ÉCONOMIE. En 2021, le taux de chômage en Chaudière-Appalaches est passé de 4 % en janvier à 2,9 % en décembre, une bonne nouvelle au premier coup d’œil. Cependant, les employeurs de la région ne le voient pas de la même façon, surtout dans le secteur manufacturier qui peine à attirer des travailleurs.

Fromagerie Victoria ouvre ses portes à Laurier-Station

ÉCONOMIE. Fromagerie Victoria a ouvert, le 13 janvier dernier, son 18e établissement. Ce dernier a pignon sur rue à Laurier-Station, au 138, boulevard Laurier.

Un nouveau directeur général pour Evol

ÉCONOMIE. Evol (anciennement Femessor) a nommé son nouveau directeur général pour la Chaudière-Appalaches. Il s’agit de Dany Rodrigue.

Omicron s’invite dans la crise

ÉCONOMIE. La vitesse de propagation du variant Omicron de la COVID-19 change la donne pour les entreprises. Déjà qu’elles doivent composer avec une pénurie de main-d’œuvre, elles devront prendre en compte l’absentéisme provoqué par un résultat positif à un test de dépistage d’un employé ou d’un proche.