Geneviève Bouchard a dressé un bilan des activités du Pôle agroalimentaire de Lotbinière. Crédit photo : Érick Deschênes

AGROALIMENTAIRE. Lors du plus récent conseil des maires de la MRC de Lotbinière, la coordonnatrice du Pôle agroalimentaire de Lotbinière, Geneviève Bouchard, a dressé un bilan de ses premières années d’existence. Forte des succès rencontrées lors des deux dernières années, la coopérative de solidarité désire poursuivre sa croissance afin de desservir tous les Lotbiniérois.

Par Érick Deschênes - Collaboration spéciale

Rappelons d’emblée que le Pôle agroalimentaire de Lotbinière a été fondée pour permettre de préserver et développer le cœur du village de la municipalité de Lotbinière, en créant une coopérative qui allait occuper les locaux de l’ancienne quincaillerie et station-service. En plus de cet objectif, le Pôle agroalimentaire a été lancé pour répondre à plusieurs besoins régionaux, entre autres la demande pour des espaces de stockage ainsi que l’accès à une cuisine commerciale de transformation agroalimentaire.

Et jusqu’à maintenant, les installations et les services offerts par la coopérative de solidarité sont très populaires, selon ce qu’a partagé Mme Bouchard devant les élus lotbiniérois le 8 septembre dernier.

En ce qui a trait à la cuisine commerciale, elle a été utilisée en moyenne plus de 80 heures par mois au cours de la dernière année. D’ailleurs, celle qui dirige le Pôle agroalimentaire de Lotbinière a indiqué que plusieurs nouveaux producteurs sont intéressés à devenir membre de la coopérative, pour ainsi avoir accès à cette installation.

L’organisme accueille également un marché public, qui obtient «un bel achalandage et une forte appréciation des usagers». Poussé par la vague de l’achat local provoqué par la pandémie, le marché public a rencontré un «gros succès à l’été 2020», malgré les contraintes occasionnées par la COVID-19. Le bâtiment accueillant le Pôle agroalimentaire de Lotbinière dispose aussi depuis cet été d’un café ouvert au public.

La coopérative gère également Du terroir à l’armoire, un réseau de distribution d’aliments. Là aussi, le service dont le fonctionnement repose sur un réseau de bénévoles est une réussite, selon Mme Bouchard. Du terroir à l’armoire a enregistré un chiffre d’affaires de 65 000 $ sur la dernière année depuis l’ouverture, avec un total de 867 commandes.

Actuellement, le réseau de distribution peut compter sur quatre points de collecte, soit le Pôle agroalimentaire de Lotbinière ainsi qu’à Sainte-Croix, Saint-Antoine-de-Tilly et Saint-Apollinaire.

Étendre les services

Afin de croître et desservir tous les résidents de la MRC, Geneviève Bouchard a profité de son passage devant le conseil des maires pour demander l’appui des élus.

Désirant que le service Du terroir à l’armoire puisse être disponible ailleurs que le long du fleuve Saint-Laurent, la coordonnatrice a demandé aux élus si leurs municipalités pouvaient mettre temporairement à la disposition de la coopérative un espace disposant d’un réfrigérateur et d’un congélateur.

«On veut se développer en profondeur, toucher tous les résidents de la MRC et aller chercher d’autres producteurs agroalimentaires pour pouvoir dynamiser l’initiative à l’échelle de la MRC et ne pas se concentrer uniquement à la municipalité de Lotbinière. […] L’un de nos défis, c’est d’avoir des lieux avec des réfrigérateurs et des congélateurs pour effectuer la remise de nos paniers aux deux semaines. Si on peut se rapprocher des gens, le service offert par Du terroir à l’armoire sera plus intéressant. […] On aimerait aussi avoir des points de chute intermédiaires pour que nos producteurs puissent laisser leurs produits (sans nécessairement devoir se rendre tout le temps à Lotbinière). Cela limiterait le transport et nous permettrait de couvrir davantage de territoire», a illustré Mme Bouchard.

Les dirigeants de la MRC ont accueilli favorablement cette demande et ils espèrent que les municipalités lotbiniéroises continueront d’appuyer la coopérative.

«Le Pôle a pu profiter de la plus grande aide financière de la Table régionale des élus municipaux de Chaudière-Appalaches (TREMCA), au niveau de la MRC. Vous avez fait beaucoup depuis votre fondation. On veut que ce projet prenne une envergure régionale. On ne veut pas faire trois pôles agroalimentaires, mais un qui fonctionne bien», a affirmé Normand Côté, le préfet de la MRC de Lotbinière et maire de Saint-Flavien.

Notons finalement qu’en plus de ces projets, le Pôle agroalimentaire de Lotbinière désire lancer des ateliers et des sessions de cuisine collective ainsi qu’ouvrir le laboratoire agroalimentaire de l’incubateur d’entreprise au cours des prochains mois. La coopérative de solidarité vise l’atteinte de l’autonomie financière en 2023.

Les plus lus

Un chantier de 10 M$ à Laurier-Station

ÉCONOMIE. D’ici les quatre prochaines années, 10 édifices à logements seront érigés sur la rue Talbot, à Laurier-Station. Les promoteurs du projet, Mélanie Picard et Kenny Therriault, investiront au moins 10 M$ pour mener à terme ce projet dont la pelletée de terre officielle marquant le début des travaux a eu lieu le 21 septembre.

Les usines Laflamme Portes et fenêtres vendues

TRANSACTION. Par voie de communiqué, Fenplast a annoncé, le 7 septembre, qu’elle a acquis les actifs résiduels du Groupe Atis, dont les ex-usines de Laflamme Portes et fenêtres de Saint-Apollinaire.

Une distinction de plus pour la Fromagerie Bergeron

ÉCONOMIE. Trois fromages de la Fromagerie Bergeron se sont distingués sur la scène internationale. Ils ont été décorés lors de plus récente édition du Superior Taste Award tenu par l’International Taste Institute à Bruxelles.

Croissance importante pour Nahak

AFFAIRES. L’augmentation des adoptions de chiens et la popularité des activités de plein air ont été favorables à l’entreprise Nahak de Laurier-Station. Au cours de la dernière année, l’entreprise spécialisée dans la fabrication d’équipements sportifs pour chien a vu son chiffre d’affaires doubler et ses ventes en ligne augmenter de façon fulgurante.

Grève chez Colabor

DISTRIBUTION ALIMENTAIRE. Les travailleurs de l’entrepôt de Saint-Nicolas du distributeur alimentaire Colabor sont en grève cette semaine pour la première fois de leur histoire. Avec ce moyen de pression, les membres du syndicat affilié à la CSN veulent obtenir des gains salariaux.

Femmessor devient Evol

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE. Femmessor a procédé au dévoilement de son nouveau nom et de sa nouvelle identité de marque, le 15 septembre. L’organisation qui œuvre en entrepreneuriat s’appellera désormais Evol.

La CNESST dévoile son nouveau programme éducatif

PRÉVENTION. La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a dévoilé, le 13 septembre, un nouveau programme éducatif qui s’adresse à tous les élèves du primaire et du secondaire : Kinga, prévention jeunesse.

Un fonds plus généreux

TRANSITION ÉCOLOGIQUE. Dans le but de soutenir plus d’entreprises québécoises dans l’implantation de pratiques d’affaires écoresponsables et de technologies propres alors que l’économie québécoise est relancée, le Fonds Écoleader a annoncé, le 14 septembre, une révision de son programme de financement.

Fin du conflit de travail à la Coopérative funéraire des Deux Rives

SOCIÉTÉ. Le conflit de travail à la Coopérative funéraire des Deux Rives est terminé. Les 110 employés ont voté, le 4 octobre, dans une proportion de 88 % en faveur l’entente de principe qui compte, entre autres, d’importantes augmentations de salaire et une amélioration considérable des conditions de travail.