(Crédit photo: Courtoisie)

Musique, musique, musique

Yvon Desrochers, 69 ans, est né dans le rang des Pointes, à Saint-Flavien. Très jeune, il a développé sa passion pour la musique. Comme chanteur, il a fondé en 1967 avec ses amis, Michel Nadeau, de Dosquet, Ronald Landry, à la batterie, et les frères Jean et Gilbert Gagné, de Sainte-Agathe, en pleine vague de la Beatlemania, le groupe Les Intégral.

Trois ans plus tard, le groupe change son nom pour Les Green Grass. Plus commercial, il mènera les musiciens vers une véritable carrière provinciale et les conduira à jouer aux quatre coins du Québec.

Pendant cette période, leur nouvel agent leur obtient plusieurs contrats d’un mois dans chaque ville qu'ils visitent. «Notre orchestre se produisait six jours par semaine et devait donner neuf spectacles, dont deux en matinée le samedi et le dimanche. Je faisais tout pour ménager mes cordes vocales», nous mentionne Yvon.

Aussi, il ne faut pas oublier que Les Green Grass ont participé à maintes reprises au Festival western de Saint-Tite.

Ces tournées ont pris fin en janvier 1977.

M. Desrochers n’a pas perdu de temps avant de se trouver un nouveau défi musical. Il a travaillé pendant 10 ans chez Capitol Records, pour la division Sherman. Par la suite, en 1987, il a occupé le poste de directeur général du disquaire HMV, au Québec, et de  vice-président du conseil d’administration. Ensuite, il a joint les rangs de BMG, l'entreprise qui a été responsable, entre autres, de la popularité des Backstreet Boys dans les années 1990.

En 2002, il est nommé vice-président des 16 magasins Archambault du Québec. Ce nouveau défi le conduit dans les villes où l’on retrouve les succursales de l'entreprise. À cette époque, Archambault était le plus important vendeur de disques de la province. Il a également fait preuve d’innovation en créant un espace pour les musiciens qui pouvaient y retrouver des instruments de musique. De plus, il a œuvré au sein du Super Club Vidéotron et de Distribution Sélect.

Mais malgré son parcours professionnel dans l’industrie musicale du divertissement, Yvon Desrochers n’a pas non plus ranger sa passion du chant au placard. Si la popularité des bars est en baisse, il accepte maintenant d’animer des fêtes privées. Comme vous pouvez le constater, la musique pour lui, a toujours été une véritable passion qui dure maintenant depuis 1967 et qui continue encore aujourd'hui.

 

 

 

 

Les plus lus

Un nouveau logo pour le Centre-Femmes de Lotbinière

COMMUNAUTÉ. Le Centre-Femmes de Lotbinière a dévoilé sa nouvelle image le 30 juin dernier. Lors d’une présentation virtuelle qui a réuni une trentaine de personnes, on y a aussi présenté le nouveau logo de l’organisme.

La Saint-Jean en musique à Saint-Agapit

COMMUNAUTÉ. Le Club Lions de Saint-Agapit a permis aux Agapitois de célébrer la Fête nationale tout en musique. Ils ont organisé une parade dans les rues du village.

La Fondation de l’École l’Astrale reçoit un don de 2 000 $

COMMUNAUTÉ. L’équipe de cyclistes du Grand défi Pierre Lavoie Les Solidaires, de Sainte-Marie-de-Beauce, a fait un don important à la Fondation de l’École l’Astrale, de Saint-Sylvestre. Le 21 juin, les membres de la formation ont donné un chèque de 2 000 $.

Taktika s’adresse aux jeunes de Lotbinière

COMMUNAUTÉ. Le Regroupement des jeunes de Lotbinière a accueilli, le 9 juillet dernier, les membres du groupe Taktika. Cette rencontre entre les rappeurs lévisiens et les jeunes de Lotbinière s’est déroulée dans le cadre du projet Jeunes sans tabou et a permis les échanges sur des sujets qui touchent directement les jeunes.

Des kilomètres pour Mira : objectif atteint

COMMUNAUTÉ. Du mois de mai jusqu’au 10 juillet, les Apollinairoises Sandra Talbot et Julie Daigle ont couru ou marché 357 km au profit de la Fondation Mira. Le 22 juillet dernier, Mme Talbot a remis un chèque de 3 570 $ à l’organisation.