Photos : Alexandre Bellemare

Les centres Yvon Mercier, Ex-Equo et Alter Agir, qui viennent tous en aide aux auteurs et auteurs potentiels de violence conjugale, ont lancé STOP Violence, le 24 novembre, une première ligne téléphonique 24/7 du genre pour venir en aide à cette clientèle dans la région de la Chaudière-Appalaches accessible via le 1-866 232-5030.

Depuis avril 2020, un projet-pilote de ligne 24/7 a été lancé par le Centre Yvon Mercier et couvrait les territoires des MRC de Montmagny et de L’Islet. Du 1er avril 2020 au 23 novembre 2022, ce sont 2 000 appels qui ont été faits à cette ligne d’aide téléphonique destinée aux auteurs et auteurs potentiels de violence conjugale et familiale.

Selon ce que rapporte la directrice générale du Centre Alter Agir, Justine Labonté Lessard, ce sont 1 550 appels locaux provenant des MRC de Montmagny et de L’Islet qui ont été effectués au cours de cette période et près de 500 depuis février 2022 en provenance d’ailleurs dans la province issus référencement de la ligne SOS Violence conjugale.

La majorité de ces appels proviennent d’hommes en crise qui souhaitent éviter de commettre des actes de violence envers leur conjointe et aussi dans certains cas envers leurs enfants, d’autres proviennent d’hommes se disant victimes de violence conjugale, souvent dans un contexte de violence bidirectionnelle ou symétrique, tandis que certains appellent afin de se faire confirmer si leurs comportements sont des comportements violents.

«Les résultats enregistrés quant au nombre d’appels reçus dans le cadre de cette expérimentation […] témoignent largement de la nécessité d’offrir un tel type de service», a ajouté Richard Pierre, directeur général du Centre Yvon Mercier.

Répondre à un besoin

Cette ligne téléphonique accessible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 complètement anonyme permet de prévenir la manifestation de comportements violents chez les hommes à risque de commettre un acte de violence envers leur partenaire, désamorcer la crise, déliter l’escalade de la violence dans un contexte conjugal et familial et prévenir les risques d’homicides dans un contexte de violence conjugale.

Également, elle assurera une réponse d’accueil, d’aide et de référence envers les auteurs potentiels de violence, sensibilisera la population face à la violence conjugale et à l’importance du rapport égalitaire ainsi qu’apporter une meilleure compréhension des besoins des auteurs de violence conjugale et identifier l’émergence des besoins.

«En ayant une meilleure compréhension, nous pouvons offrir des pistes de solutions mieux adaptées et prévenir les actes de violence conjugale», a soutenu Marie-Andrée Tremblay, directrice générale du Centre Ex-Equo.

Avec la ligne STOP Violence, les trois organismes de la Chaudière-Appalaches ont uni leurs forces et leur expertise pour mener ce projet qui pourrait éventuellement déboucher vers une ligne d’ampleur provinciale.

«Nous savions que ce besoin-là était présent, on pouvait l’imaginer aisément, vu qu’il n’y avait pas de services (du genre) […] destinés aux hommes et auteurs potentiels (de violence conjugale), a expliqué M. Pierre. Ce besoin est apparu d’autant plus important avec l’isolement vécu durant le début de la COVID, qui risquait d’augmenter le nombre de victimes de violence conjugale compte tenu de l’isolement vécu. C’est aussi à la suite de la vague de féminicides qui a pris de l’ampleur à partir de 2021, on parle de 18 victimes de féminicides en 2021 et actuellement, 13 victimes de féminicides en 2022.»

De son côté, Sylvain Lévesque, député de la circonscription de Chauveau et ancien directeur général du réseau d’aide aux hommes À cœur d’homme, a tenu à saluer cette initiative et rappeler qu’au cours du mandat précédent que le gouvernement du Québec a octroyé un rehaussement de près de 20 M$ aux organismes venant en aide aux hommes ayant des comportements violents.

«Plus vite on détecte les problèmes de violence conjugale, plus vite on les perçoit et plus vite on offre des services aux hommes qui ont ces comportements, et bien, c’est là qu’on peut avoir un effet significatif sur eux et prévenir de nombreux cas de violence conjugale», a-t-il soutenu.

Ainsi, ce sont six intervenants qui répondent aux appels de cette clientèle afin d’offrir leur écoute, de l’aide, une intervention et un référencement, si nécessaire. Si STOP Violence est d’emblée offerte au territoire de la Chaudière-Appalaches, les trois organismes derrière ne limiteront pas les demandes d’aide provenant d’ailleurs dans la province. Pour les personnes ayant le besoin d’obtenir de l’aide, il est possible de contacter la ligne téléphonique 24/7 STOP Violence en composant le 1-866 232-5030.

Les plus lus