(Crédit photo: Courtoisie)

Yvon St-Onge: un entrepreneur né

Yvon St-Onge (photo 1) est né à Saint-Édouard en 1948. Pour terminer ses études secondaires, son père, Éloi, l’envoie dans un pensionnat situé à Saint-Raymond de Portneuf. À cette époque, les polyvalentes n’existent pas encore. De retour à la résidence familiale, il s’implique à l’usine de son père, qui fabrique des cercueils. À seize ans, il déménage à Toronto. «L’anglais était essentiel dans le domaine commercial. J’ai profité de cette belle expérience pour apprendre cette langue tout en travaillant au sein de la compagnie d’un important distributeur de matériel funéraire en Ontario», de dire M. St-Onge.

De retour, deux ans plus tard, il reprend son travail, mais l’entreprise familiale est vendue à maintes reprises et il doit s’adapter à de nouvelles directives commerciales.

Un leader

Quelques années plus tard, il quitte cette entreprise. En 1979, il crée sa compagnie, Maximel inc. Ce nom vise à rendre hommage à ses deux enfants : Maxime et Mélanie. De plus, il pourra compter sur les talents de son fils qui cumule de nombreuses fonctions; innovateur, mécanicien, soudeur, etc. Le temps passe et des changements sont apportés dans les salons funéraires : plus de cercueils ouverts et l’utilisation de plus en plus fréquente de l’urne par les familles.

Vers la fin des années 1970, les 25 fabricants de cercueils toujours en activité sont confrontés à de lourdes pertes de marché. Aujourd’hui, en 2021, il n’en reste que quatre, dont un qui est toujours actif dans la région: Cercueils Bernier, localisé à Saint-Édouard. Quarante ans plus tard, après une carrière qui l’a mené au Québec, en Ontario et dans les maritimes, M. St-Onge ferme son entreprise. Il conclut en affirmant: «Mission accomplie et je suis heureux d’avoir pu traverser les différentes étapes de ma carrière en misant sur ma confiance et mon désir de réussite.»

Un événement à souligner ?

La semaine dernière, dans cette chronique, nous avons souligné la belle fête des amoureux, la Saint-Valentin. Nous avons publié des photos de couples qui ont célébré leur anniversaire de mariage. Au cours des prochaines semaines, je souhaite mettre l’accent sur d’autres anniversaires, personnels, professionnels, etc. le tout accompagné d'une photo d’un beau souvenir ou de célébration de votre "vie de jeunesse".

Pour l’instant, je joins la photo d’un party de retrouvailles (photo 2) réussi en 1985, à Joly, alors que mon ami Donald Côté avait su regrouper des jeunes de Joly qui avaient pris la route de différentes villes au Québec comme Montréal, Longueuil, Trois-Rivières et Chicoutimi. Souhaitons que l’été prochain, ces réunions renaissent et que les principaux événements touristiques puissent reprendre leurs activités

 

C’est à suivre, en attendant vous pouvez partager vos souvenirs et moments heureux avec moi, à mon adresse courriel : odina.desrochers@meliormedia.com

 

 

 

Les plus lus

Un aîné veut encourager les autres à bouger

COMMUNAUTÉ. À 89 ans, presque 90, Lionel Hamel habite toujours sa résidence de Laurier-Station. Depuis un an, comme plusieurs aînés de la région, il a dû mettre de côté certaines activités qui meublaient son quotidien. Toutefois, ce n’est pas cela qui l’a arrêté et il a trouvé différentes façons de demeurer actif. Aujourd’hui, il souhaite inspirer d’autres aînés à faire de même.

La consultation familles-aînés commencée

COMMUNAUTÉ. La mise à jour des politiques Municipalités amies des aînés (MADA)-Famille vient d’entreprendre une étape importante, celle de la consultation de la population. Depuis le 6 avril et jusqu’au 30 avril, la population a l’occasion de s’exprimer sur ses priorités en répondant à un sondage en ligne.

Un second Relais pour la vie virtuel

COMMUNAUTÉ. La neuvième édition du Relais pour la vie de Lotbinière se déroulera le 12 juin. Pour une deuxième année consécutive, le grand rassemblement de Saint-Apollinaire sera remplacé par un relais virtuel en raison de la pandémie de COVID-19.

Une année difficile pour les proches aidants

COMMUNAUTÉ. Les normes sanitaires et les restrictions mises en place par le gouvernement pour freiner la propagation de la COVID-19 ont eu un impact important chez les proches aidants. Bien qu’ils aient fait preuve de beaucoup de résilience au fil des mois, le Regroupement des personnes aidantes de Lotbinière a noté une augmentation des demandes d’aide qui ont été reçues.

Près de 1 M$ pour le soutien aux proches aidants

COMMUNAUTÉ. L’organisme L’Appui pour les proches aidants investit 971 432 $ pour supporter les proches aidants d’aînés de la Chaudière-Appalaches. Cette aide financière s’inscrit dans une enveloppe globale de 18 M$ distribuée à travers le Québec pour financer des services de soutien auprès de ces personnes pour 2021-2022.

Près de 1 M$ pour le soutien aux proches aidants

COMMUNAUTÉ. L’organisme L’Appui pour les proches aidants investit 971 432 $ pour supporter les proches aidants d’aînés de la Chaudière-Appalaches. Cette aide financière s’inscrit dans une enveloppe globale de 18 M$ distribuée à travers le Québec pour financer des services de soutien auprès de ces personnes pour 2021-2022.