(Crédit photo : Louise Bilodeau)

CULTURE. Plutôt connu pour sa contribution à la foresterie, Henri-Gustave Joly De Lotbinière a aussi connu une longue carrière politique. Protestant, né en France, il s’est opposé à la confédération qui a mené à la formation du Canada et a été brièvement premier ministre du Québec à la suite du coup d’État de 1878. C’est cette histoire peu banale que relate l’auteure Lucie Desrochers dans la biographie qu’elle a consacré à l’ancien seigneur de Lotbinière, Sir Henri-Gustave Joly De Lotbinière : un premier ministre improbable.

«On le connaît peu. C’est pour ça qu’une biographie était nécessaire. Il a une carrière politique qui s’échelonne sur environ 45 ans. Il est entré en politique sous l’Union. Il s’est opposé à la Confédération. Ensuite, il a été député à Québec et à Ottawa en même temps puisque le double mandat était permis. Malgré tout, c’est un personnage assez effacé. La première mention de lui c’est pour dire qu’il est arrivé au pouvoir avec le coup d’État. Il est associé à ça», a indiqué l’auteure Louise Desrochers.

D’ailleurs, le titre choisi, Un premier ministre improbable résume les propos du livre. Homme politique assez effacé, Henri-Gustave Joly De Lotbinière, n’a pas fait de vague pendant les années où il était élu.

«Le Parti libéral au début de la confédération était très faible. Il a pris la direction d’une opposition dont le parti était faible. Je présume que sans le coup d’État, il ne serait jamais arrivé au pouvoir. Peut-être plus tard, mais pas à cette époque. Ensuite, comme chef de l’opposition, il n’était pas un homme politique très combattif», a résumé Mme Desrochers.

De plus, malgré qu’il ait été le fil de Julie-Christine Chartier De Lotbinière, le fait d’avoir été élevé en France et dans la religion protestante a peut-être aussi contribué à alimenter une certaine méfiance à son endroit.

«Ses adversaires disaient que ce n’était pas très légitime qu’il représente les Canadiens français catholiques. Même s’il était seigneur de Lotbinière, même si sa mère était une demoiselle de Lotbinière, très ancrée dans l’histoire du Québec. Aussi, il avait horreur du patronage. C’est atypique par rapport aux politiciens de l’époque», poursuit-elle.

Héritage important

Henri-Gustave Joly De Lotbinière est plutôt reconnu pour ses travaux en foresterie et ses efforts pour préserver les terres forestières d’une exploitation abusive. D’ailleurs, c’est ce qui lui a permis d’inscrire sa marque dans les livres d’histoire. «Il est connu comme un défenseur de la forêt. Comme un spécialiste de ce secteur d’activité. […] Il reste une inspiration. Un esprit de conservation de la forêt qui a inspiré des gens qui ont travaillé dans ce milieu-là. Encore aujourd’hui, on peut voir des arbres qu’il a plantés et pas seulement chez lui, mais aussi à Québec, par exemple.»

 

Lorsqu’il concédait des lots de sa seigneurie, il obligeait les acheteurs à préserver une partie des espaces boisés de telle façon qu’au point de convergence de quatre lots on retrouve un espace boisé plus grand. «On en on voit encore certain», affirme Lucie Desrochers.

Pendant son passage dans les différents gouvernements. Il a fait voter des lois qui définissaient les bases de la protection du territoire forestier. «Il était à l’avant-garde. Il avait une vision différente de la forêt. Il a toujours prêché pour le reboisement.»

Intérêt qui remonte à l’enfance

Native de Sainte-Croix, Lucie Desrochers s’est toujours intéressée à l’histoire de sa région et à celle de la famille Joly De Lotbinière.

«Quand j’étais jeune, je parlais avec des personnes âgées qui travaillaient au Domaine [Joly-De Lotbinière]. Ça m’intéressait beaucoup et un jour j’ai découvert que l’un de ces Joly avait fait de la politique. Puisque l’histoire politique m’intéresse beaucoup, je me suis mise à noter tout ce qui me tombait sous la main et qui concernait sa carrière politique. De fil en aiguille, je me suis aperçue que c’était un personnage qui est très intéressant et j’ai entrepris des recherches plus systématiques sur le sujet», a expliqué l’auteure.

 

Les plus lus

Un pôle culturel à l’étude

CULTURE. La MRC de Lotbinière a confirmé avoir donné un mandat à la firme GID pour réaliser une étude qui évaluera la possibilité d’implanter un pôle culturel régional. D’ici le mois d’octobre, la MRC devrait avoir en main les outils nécessaires pour amorcer une réflexion sérieuse sur la question.