(Crédit photo : Mélanie Labrecque)

CULTURE. Le site du Moulin du Portage sera mis en vedette dans la quatrième saison de la websérie jeunesse Ça fout la chienne : Les enfants perdus. L’équipe de tournage était de passage dans la région les 8 et 9 juillet derniers afin de capter les scènes qui seront présentées au public.

Le réalisateur de la série, l’artiste multidisciplinaire, Luca Jalbert, avait déjà tourné dans la MRC de Lotbinière, mais jamais au Moulin du Portage. Il indique avoir été charmé par l’endroit où se déroulera la scène finale de la quatrième saison.

«On m’a proposé d’aller tourner au Moulin du Portage. Je ne connaissais pas. Je suis allé faire un tour. Quand j’ai découvert le moulin au bord de la rivière, je me suis dit que c’était parfait. Le coin me fait penser un peu au Maine avec les routes bordées de forêt. C’est idéal pour la scène finale», a-t-il expliqué.

Pour un instant, l'endroit deviendra donc le Camp BuckLake. Pour l’artiste, il s’agit d’un clin d’œil à l’un de ses auteurs favoris, Stephen King, qui a situé plusieurs de ses récits dans des villes fictives de l’état du Maine.

«L’ambiance qui s’en dégage m’a toujours interpellé. Je me suis dit que j’aimerais ça retrouver ce côté-là. […] Nous ne sommes pas dans le Maine, mais dans le comté fictif de Colerain, qui a été créé à l’image de Derry ou Castle Rock pour Stephen King.»

Aussi, estime Luca Jalbert, la MRC de Lotbinière offre plusieurs panoramas intéressants pour les tournages. «Il y a vraiment de beaux petits coins, des décors qu’on ne retrouve plus nécessairement beaucoup ailleurs : des ponts, un vieux moulin, des falaises escarpées, les routes, les champs et il y a également les gens [qui sont très accueillants].»

Les enfants perdus

La websérie Les enfants perdus fait partie de l’univers jeunesse interactif, Ça fout la chienne. Au terme d’une première saison de 10 épisodes à la facture visuelle et narrative rappelant les émissions télévisées Chair de poule ou Fais-moi peur, Luca Jalbert a décidé de pousser le concept un peu plus loin.

«Je me suis dit que je pourrais faire une histoire qui se suit d’épisode en épisode pour voir évoluer et grandir les personnages. Dans la saison deux, chaque épisode présentait un personnage différent. Tous étaient reliés sans le savoir. À partir de la saison trois, on va redécouvrir chacun de ces personnages. Ils vont se retrouver, se rencontrer et par la suite on les suivra sur plusieurs saisons.»

À l’image de Roch Demers et de ses Contes pour tous, Luca Jalbert souhaite donner la chance à de jeunes talents d’émerger.

D’ailleurs, les jeunes comédiens qui sont au centre du récit prennent beaucoup de plaisir à interpréter leurs personnages. «C’est le fun d’être quelqu’un d’autre pendant un bref moment, de pouvoir s’évader et de montrer sa fantaisie. C’est mon premier été, c’est sûr que je suis gêné un peu, mais j’aime ça. Je n’arrête pas de rire», a confié Andrew Croteau, qui joue le rôle de Vincent.

«On s’amuse beaucoup en tournant. Il faut prendre ça au sérieux, mais on a beaucoup de plaisir à le faire», a renchéri l’interprète d’Alex, Édouard Brisson.

L’action de la quatrième saison se déroule après l’écrasement d’une comète dans le BuckLake. On y voit un groupe d’enfant qui s'unit afin d’affronter la force mystérieuse émanant de la comète et qui tente d’anéantir toute trace de vie humaine. Elle devrait être diffusée à l’hiver 2021. La troisième saison sera, quant à elle, présentée cet automne.

 

 

Les plus lus

Ça tourne au Moulin du Portage

CULTURE. Le site du Moulin du Portage sera mis en vedette dans la quatrième saison de la websérie jeunesse Ça fout la chienne : Les enfants perdus. L’équipe de tournage était de passage dans la région les 8 et 9 juillet derniers afin de capter les scènes qui seront présentées au public.

Festival de Manseau : l’histoire qui en cache une autre

CULTURE. Bien qu’il ait été un échec, le Festival pop de Manseau demeure gravé dans l’imaginaire collectif. Afin de souligner le 50e anniversaire de ce qui devait être le Woodstock québécois, la municipalité a mandaté l’historien Jacques Crochetière pour rédiger un livre souvenir relatant l’histoire du festival. À travers les pages du recueil qui sera lancé à l’automne, l’auteur reviendra aussi su...

Journée consacrée aux plantes alpines et de rocailles

TOURISME. Le Domaine Joly-De Lotbinière accueillera pour la première fois dimanche le Club des Alpinegiste. Cette activité se déroule dans le cadre de la journée Le premier dimanche du mois, je vais au musée! qui aura lieu le 2 août prochain.

Les petites histoires du pont de Québec

HISTOIRE. Pensez à ce pont vieux de 103 ans qui relie la rive sud et la rive nord du fleuve Saint-Laurent entre Québec et Lévis, ce dernier a été l’hôte d’une foule d’histoires anodines, macabres, mais surtout grandioses. C’est ce que dessine l’auteur lévisien Michel L’Hébreux dans son dernier ouvrage sur le pont de Québec, Curieuses histoires du pont de Québec.

La tenue de festivals de nouveau permise

CULTURE. Depuis le 5 août, un maximum de 250 personnes peut se regrouper dans les lieux extérieurs publics. Une distance de deux mètres devra être maintenue entre les individus et ce, dans la mesure du possible. Du même coup, cela autorise la tenue de festivals.