(Crédit photo : Vanessa Dubé-Caron et Josée Talbot)

CULTURE. Le talent d’une photographe de Saint-Apollinaire, Josée Talbot, a récemment été reconnu par ses pairs. Elle a reçu, le 25 avril dernier, le titre d’Artisan des arts photographiques (Craftman of Photographic Arts) décerné par les Photographes professionnels du Canada. Cette distinction lui a été remise par la présidente de l’association, Louise Vessey, lors du gala virtuel de l’association.

Ce titre prend en compte non seulement les points attribués lors de compétitions photographiques, mais aussi la participation du membre dans l’association. Il faut de quatre à cinq ans pour l’obtenir, a spécifié Mme Talbot.

«C’est une association qui vise l’entraide entre photographes. Plus on s'implique, plus on obtient de points. Je fais notamment partie du comité de traduction puisque tout se fait en anglais. On travaille à franciser les titres et le site Internet pour les Québécois, mais aussi pour les francophones hors Québec. […] Toutes les publications passent par le comité de traduction. On s’assure que la qualité du français est bonne. C’est très important pour moi.»

Un intérêt qui remonte à longtemps

Au cégep, Josée Talbot pratiquait la photographie sur pellicule. À la fin de son parcours collégial, elle a voulu se lancer dans l’aventure, mais les coûts très élevés des équipements et les exigences, dont celle d’avoir une chambre noire, l’ont fait renoncer à ce projet. L’arrivée du numérique a cependant changé la donne.

Josée Talbot est graphiste et la photographie est revenue dans sa vie comme un passe-temps. Constatant que son travail attirait de plus en plus l’attention dans son entourage, elle souhaitait trouver une façon de se distinguer des autres. Ses recherches l’ont menée vers les Photographes professionnels du Canada qu’elle a joint en 2014.

«On reçoit notre accréditation en envoyant 10 photographies sur un thème précis. Pour moi, c’étaient les chevaux. Les juges, des gens qui ont beaucoup d’expérience, regardent et évaluent les photos. J’ai eu mon accréditation du premier coup. C’était un gros accomplissement pour moi. Depuis ce temps, je participe à des compétitions nationales et je remporte plusieurs prix.»

Actuellement, elle est la seule au Québec à détenir une accréditation de photographe équin. En 2016, elle a ajouté l’accréditation beaux-arts à son arc.

Deux passions réunies

Josée Talbot est une amoureuse des chevaux. Elle participait à des compétitions équestres lorsqu’elle était plus jeune, a possédé quelques chevaux et fait toujours de l’équitation, même si elle le fait moins souvent.

«Je monte à cheval depuis que j’ai 12 ans. C’était un naturel pour moi de me tourner vers les chevaux lorsque j’ai commencé. […] J’ai été photographe de concours hippiques de 2009 à 2019. J’ai ensuite commencé à faire des portraits de chevaux et à travailler mes photos pour les rendre plus artistiques. […] En ayant fait de la compétition, je savais ce que les gens recherchaient comme photo. C’était un avantage pour moi», a-t-elle souligné.

Avec le temps, Mme Talbot s’est également intéressée à la photo d’autres éléments de la nature, aux paysages et à la macrophotographie. En temps normal, au printemps, elle adore particulièrement se rendre au quai de Saint-Antoine-de-Tilly pour photographier les oies qui sont de passage.

D’autres projets

Les prochains titres que Mme Talbot souhaiterait décrocher sont ceux de Maître des arts photographiques (Master of Photographic Arts) et de photographe de l’année. Bien qu’il lui manque peu de choses afin de l’obtenir, ce dernier est difficile à avoir. Pour se qualifier, quatre photos proposées en compétition doivent mériter la plus haute distinction: la mention excellence.

Les Photographes professionnels du Canada est une association qui représente des créateurs d’image de tous les genres photographiques de partout au pays. Elle établit des standards professionnels et fait la promotion de l’excellence photographique.

Note sur la seconde photo: elle a obtenu la note d’excellence lors de la compétition nationale des photographes professionnels du Canada et le trophée Meilleure de la catégorie Beaux-Arts en 2017.

 

 

 

 

Les plus lus

Le talent d’Hélène Lauzé à l’écran

TÉLÉVISION. La couturière originaire de Sainte-Croix, Hélène Lauzé, est au nombre des artisans recrutés pour participer à la nouvelle émission de décoration, Pézie et Sansdrick dans l’décor. On a pu voir son travail dans l'émission qui a été diffusée le 15 septembre, à Canal Vie.

Un nouvel album dans les cartons d’Alicia Deschênes

MUSIQUE. Le moment où le Québec a été mis sur pause, en mars dernier, a été le point de départ d’une nouvelle aventure musicale pour Alicia Deschênes. L’auteure-compositrice-interprète originaire de Saint-Agapit en a profité pour composer les chansons qui se trouveront sur son deuxième album qui sera lancé en 2021.

La nouvelle station de radio bientôt en ondes

COMMUNAUTÉ. Une nouvelle station de radio émettra sur les ondes de la région à partir du 25 septembre. CHOC FM 88,7 desservira les régions de Portneuf et de Lotbinière.

Le POOL - La Romaine 24 : un récit sportif à saveur nordique

LITTÉRATURE. Le POOL - La Romaine 24 est la première publication de l’auteur Ben Côté, originaire de l’Outaouais qui habitait Saint-Antoine-de-Tilly et maintenant Saint-Romuald en passant par la Baie-James et la Basse-Côte-Nord. Cette autofiction est le reflet des expériences de l’écrivain qui a enseigné près de 20 ans dans le nord du Canada.

Les hémérocalles en peinture au Domaine Joly-De Lotbinière

CULTURE. L’artiste peintre Chantal Desbiens expose une série de ses toiles au Domaine Joly-De Lotbinière. L’exposition Mouvements floraux est présentée à la galerie d’art de la Maison de Pointe Platon jusqu’au 12 octobre.

Un prix important pour le Festival country de Lotbinière

CULTURE. Malgré la pandémie, l’industrie de la musique country a célébré ses artistes et artisans. Le 8e Gala Country s’est tenu de façon virtuelle, le 11 septembre, et le Festival country de Lotbinière est au nombre des lauréats de cette année.