(Crédit photo: Mélanie Labrecque)

CULTURE. Les toiles très expressives de l’artiste originaire de Saint-Apollinaire, Gayle Martel, sont exposées au Centre multifonctionnel de Saint-Apollinaire. Il sera possible de les admirer jusqu’au 16 février.

Les tons de gris, de rouge, de blanc et de noir se mélangent à travers des œuvres autant figuratives qu’abstraites et qui laissent paraître les émotions de l’artiste. Il faut dire que même si l’art fait partie de sa vie depuis sa petite enfance, ce n’est que récemment qu’il a pris une place importante.

«Mon art est important pour moi, c’est ce qui me fait du bien. Il a tout le temps été là. […] Je me suis blessée au travail il y a trois ans. Il y a eu les douleurs chroniques, j’ai fait une dépression. C’est ce qui m’a aidé [à m’en sortir]. Ça faisait un petit bout que je ne peignais plus et l’une de mes amies m’a dit que ça me ferait du bien.»

C’est ainsi qu’elle a repris le pinceau et a créé la toile Équilibre. Cette œuvre a été la source d’inspiration de plusieurs autres faites spécifiquement pour l’exposition. «Pour cette exposition, je souhaitais que ça se suive. Je voulais une série qui se tienne et que ça ne soit pas disparate.»

Travail réfléchi

Avant même le premier coup de spatule (Gayle Martel travaille beaucoup avec la spatule), l’œuvre a été pensée.

«J’ai toujours un cahier de croquis avec moi. Dans la toile Autobiographie, il y a un personnage qui est là, c’est moi. Je l’avais déjà dessiné en croquis à main levée, au crayon de plomb, il y a un an. Peu importe où je suis, si quelque chose me vient à l'esprit, je vais gribouiller et garder ce papier. Je ne suis pas capable de m’assoir et dire : je peins, je ne pars de rien. J’ai toujours une idée derrière la tête.»

Lorsqu’elle travaille, elle ne se contente pas d’une seule toile à la fois. «Souvent, j’en fais quatre en même temps. Une à la fois, j’ai de la difficulté parce que je peins par couche. On retrouve de quatre à cinq couches de peintures sur les toiles. C’est de l’acrylique. Veut, veut pas, il faut que ça sèche. Lorsque je travaille le rouge et le blanc, il faut attendre que les couleurs soient sèches, sinon elles se mélangent. J’y vais donc en plusieurs étapes.»

Et dans toutes ses créations, le chiffre trois est omniprésent. On le retrouve sous forme de cercles, de triangles ou de visages et sa signification est importante pour elle. «Je suis une personne proche de sa spiritualité. […] Le trois représente mes trois enfants ainsi que le soleil, la lune et la terre. Ce sont des choses essentielles pour moi.»

 

x

Les plus lus

Le talent d’Hélène Lauzé à l’écran

TÉLÉVISION. La couturière originaire de Sainte-Croix, Hélène Lauzé, est au nombre des artisans recrutés pour participer à la nouvelle émission de décoration, Pézie et Sansdrick dans l’décor. On a pu voir son travail dans l'émission qui a été diffusée le 15 septembre, à Canal Vie.

Un nouvel album dans les cartons d’Alicia Deschênes

MUSIQUE. Le moment où le Québec a été mis sur pause, en mars dernier, a été le point de départ d’une nouvelle aventure musicale pour Alicia Deschênes. L’auteure-compositrice-interprète originaire de Saint-Agapit en a profité pour composer les chansons qui se trouveront sur son deuxième album qui sera lancé en 2021.

La nouvelle station de radio bientôt en ondes

COMMUNAUTÉ. Une nouvelle station de radio émettra sur les ondes de la région à partir du 25 septembre. CHOC FM 88,7 desservira les régions de Portneuf et de Lotbinière.

Un prix important pour le Festival country de Lotbinière

CULTURE. Malgré la pandémie, l’industrie de la musique country a célébré ses artistes et artisans. Le 8e Gala Country s’est tenu de façon virtuelle, le 11 septembre, et le Festival country de Lotbinière est au nombre des lauréats de cette année.