Jean-Thomas Jobin sera de passage au Moulin du Portage. (Crédit photo : Courtoisie)

CULTURE. Jean-Thomas Jobin et son humour absurde seront de passage au Moulin du Portage le 12 octobre prochain, à 20h. Au programme pour l’humoriste, le rodage de plusieurs numéros en prévision de son quatrième spectacle solo.

«Je suis actuellement entre deux tournées et je visite des endroits où je ne suis pas allé afin de tester mes blagues. Je serais seul sur scène, sans décor. Ce sera un collage de l’ancien show [Apprendre à s’aimer] et j’aurai aussi de 35 à 40 minutes de nouveau matériel. […] Je commence dans mon processus de création et je suis assez content du nouveau matériel», a-t-il expliqué.

Ce matériel inédit touchera autant le fictif que l’anecdote. Ce sera quelque chose qui lui ressemblera et qui lui offrira l’occasion de s’ouvrir un peu plus sur qui il est. Il lui permettra aussi de livrer une suite au numéro hommage à ses parents (ces derniers sont décédés en 2017). «C’est important de pouvoir rire, malgré tout. Il est arrivé certaines affaires drôles dans tout ça. C’est essentiel de conserver son sens de l’humour.»

Il abordera, entre autres, l’expérience «surréaliste» qu’il a vécue lorsqu’est venu le temps de discuter de don d’organes. «Le fait de l’avoir vécu m’aide dans le processus de création.» Tout sera fait de façon respectueuse et sera de bon goût. «Il n’y aura pas de numéros malaisants», a-t-il assuré.

Le public qui assistera au spectacle du 12 octobre aura aussi droit à un tout nouveau numéro qu’il présentera pour l’une des premières fois. «J’ai besoin du public pour construire un bon show», a-t-il rappelé. Ainsi, certains numéros présentés pendant cette période de rodage seront peaufinés et se retrouveront dans le spectacle et d’autres ne seront pas retenus.

 

 

 

 

Les plus lus

Sandrine Hébert finaliste à Propulse ta voix!

CHANSON. La septième édition du concours de chant Propulse ta voix ! a eu lieu les 9 et 10 novembre au Camp musical de Saint-Alexandre-de-Kamouraska, dans le Bas-Saint-Laurent. L’Apollinairoise Sandrine Hébert, s’est hissée parmi les finalistes.

Un vidéoclip pour sensibiliser

​CHANSON. Originaire de Saint-Agapit, l’auteure-compositrice-interprète Alica Deschênes a récemment décidé de mettre l’une de ses œuvres au service d’une cause qui lui tient à cœur. Grâce au vidéoclip de sa chanson Les pieds dans le vide, la jeune artiste veut sensibiliser petits et grands au fait que naître prématurément ne signifie pas être affligé de lourdes séquelles plus tard.