Les 16 épisodes du Télaitroman ont été présentés en rafale à Leclercville. (Crédit photo : Mélanie Labrecque)

TÉLÉVISION. Un peu plus de 50 personnes se sont réunies à la ferme DesGémo de Leclercville le 19 septembre. Elles avaient été invitées au visionnement exclusif de la nouvelle campagne de promotion des Producteurs de lait du Québec, le Télaitroman.

Les 16 épisodes de ce téléroman publicitaire, dont la grande finale, ont été diffusés en rafale devant un public qui a apprécié l’expérience en riant de bon cœur. Ces derniers avaient été choisis dans le cadre d’un concours organisé par les Producteurs de lait du Québec. En tout, 14 événements de ce genre se tenaient au même moment un peu partout au Québec. Celui de Leclercville était le seul de Chaudière-Appalaches Nord. Saint-Elzéar accueillait le rassemblement de Chaudière-Appalaches Sud.

Pour les producteurs de lait, une campagne de promotion comme celle-là est importante. «Il fallait trouver une façon d’amener le consommateur à réfléchir aux questions qui tournent autour du lait et des efforts que font les producteurs du Québec et du Canada pour avoir un meilleur produit. C’est présenté sous forme de téléroman parce qu’on sait que les Québécois aiment beaucoup les suivre. Cela nous aide à faire passer tous nos messages», a indiqué la propriétaire de la ferme DesGémo, Linda Labrecque.

Le Télaitroman met en vedette Paul Houde, Sonia Vachon, Julien Poulin, Émilie Bibeau, Fabien Cloutier et plusieurs autres comédiens. Il suit les aventures d’une famille de producteurs laitiers. À travers des péripéties rocambolesques et des caméos bien placés, on y explique les bienfaits du lait et écorche certains mythes au passage.

«J’entends encore beaucoup qu’il y a des hormones dans le lait. Ce qui est faux. On n’a jamais eu à en utiliser. […] Ensuite, il y a les boissons à base de soya, d’amende ou autres. Certains pensent qu’elles peuvent remplacer le lait. Ce sont de bonnes boissons, mais elles n’ont pas la même valeur nutritive», a poursuivi Mme Labrecque.

Économie

L’industrie laitière occupe une place importante dans l’économie de Chaudière-Appalaches Nord. Elle représente 5 790 emplois, 609 fermes laitières et une valeur de production de 301 M$, ce qui en fait la région numéro deux au Québec.

À Leclercville, a mentionné Linda Labrecque, on retrouve 17 producteurs qui possèdent 1 200 bêtes. «Pour nous, c’est un moteur économique important.» Par ailleurs, il existe une grande solidarité entre eux, ils se sont rassemblés dans une coopérative d’utilisation de machinerie agricole afin d’avoir accès à des appareils à la fine pointe de la technologie qu’ils n’auraient pas les moyens de s’acheter s’ils étaient seuls.

«C’est ce qui fait qu’on peut avoir des équipements de pointe, même si on a une petite entreprise. On se les partage. C’est une grosse force pour la région. On a des équipements plus récents qui sont utilisés par plusieurs ce qui fait qu’on peut les échanger pour des technologies plus récentes, plus rapidement.»

 

Les plus lus

Une photographe de Saint-Apollinaire se distingue

CULTURE. Le talent d’une photographe de Saint-Apollinaire, Josée Talbot, a récemment été reconnu par ses pairs. Elle a reçu, le 25 avril dernier, le titre d’Artisan des arts photographiques (Craftman of Photographic Arts) décerné par les Photographes professionnels du Canada. Cette distinction lui a été remise par la présidente de l’association, Louise Vessey, lors du gala virtuel de l’association...

Le déconfinement de la culture débutera le 29 mai

CULTURE. C’est une première étape. Les musées, les comptoirs de prêt des bibliothèques et les ciné-parcs pourront rouvrir au public le 29 mai.