(Crédit photo : Courtoisie)

CULTURE. Les élèves de cinquième année de l’École La Source de Laurier-Station ont eu toute une surprise le 9 décembre. Ils ont reçu la visite de l’auteur et réalisateur Luca Jalbert et du jeune comédien vedette de la websérie Les Enfants Perdus, Joseph Bédard, avec qui ils ont pu partager la présentation des courts-métrages d’épouvante qu’ils ont réalisés dans les dernières semaines dans le cadre du Club des Frissons.

Le Club des Frissons est une activité interactive destinée aux élèves de cinquième et sixième année. En plus de découvrir les livres de la collection Frissons, ils sont initiés aux rudiments du cinéma, de l’écriture et de l’art dramatique.

«Ce projet diffère de tout ce que les élèves ont déjà eu la chance de faire en milieu scolaire. Pourtant, il permet de travailler plusieurs compétences enseignées à l’école. La lecture, l’écriture, la communication orale, l’art dramatique et le travail d’équipe ne sont que quelques exemples. J’ai été ravie de voir toute la créativité, l’engagement et le sérieux dont mes élèves savaient faire preuve», a souligné l’enseignante de cinquième année, Caroline Rouleau.

Ainsi, les jeunes ont écrit leur propre scénario d’horreur, appris leurs textes et ont participé au tournage de leur scène avec le réalisateur Luca Jalbert.

«Le projet Le Club des Frissons est un projet qui demande un grand engagement de la part de tous, autant pour les élèves que pour les enseignants. Cependant, le résultat des tournages à l’école est une récompense qui dépasse largement la somme de tous les efforts déployés», a poursuivi Mme Rouleau.

 

 

 

Les plus lus

Les Prix du patrimoine sont lancés

CULTURE. Culture Capitale-Nationale Chaudière-Appalaches a lancé récemment la période de mise en candidature pour la neuvième édition des Prix de la culture.

Mise à jour du répertoire culturel de la MRC

CULTURE. La MRC de Lotbinière veut mettre à jour son répertoire culturel. Pour y arriver, elle a lancé un appel à tous les acteurs du milieu culturel de la région qui auront jusqu’au 1er avril pour se manifester.