Le babyfoot de l’École du Chêne rend les récréations plus amusantes. (Crédit photo : Courtoisie)

SPORT. Obligés de se conformer aux directives de la Direction de la santé publique, notamment celle de la distanciation physique, les enseignants doivent faire preuve de créativité pour faire bouger les élèves. C’est le cas à l’École du Chêne de Saint-Édouard. Depuis le 19 mai, les élèves peuvent se dégourdir les jambes dans un jeu de babyfoot géant.

À la demande de la directrice de l’école, l’enseignante d’éducation physique s’est mise à la recherche de façons d’amuser les enfants tout en respectant les règles sanitaires. Cette dernière avait vu ce genre d’installation dans d’autres écoles de la province et elle a proposé l’idée. Elle a rapidement eu l'autorisation d'aller de l'avant.

«Ce côté plus sombre de la crise a laissé beaucoup de place à l’imagination et à la créativité chez les membres du personnel. Ils ont monté la structure pendant une journée pédagogique. Ils ont pris de leur temps de travail pour préparer le jeu. L’éducatrice spécialisée, des parents et l’enseignante de musique ont aussi prêté main-forte», a expliqué la directrice de l’établissement, Marie-Ève Ouellet.

De plus, le tout s’est fait à un coût relativement bas, a mentionné Mme Ouellet. Une commandite de Menuiserie Bergeron a permis d’obtenir les matériaux nécessaires à la création du jeu.

Il faut dire que les consignes imposées par la Direction de la santé publique rendent l'organisation des récréations plus complexes. Pour Marie-Ève Ouellet il n’était pas question de garder les jeunes à l’intérieur.

«Les jeunes ne sont plus aussi libres pendant les récréations. Il y avait quand même des jeux dirigés, mais il n’y a plus de mélange de groupes. Chaque enseignant sort avec ses élèves et doit planifier les récréations, sinon les jeunes ne respecteront pas la règle des deux mètres. Cela devenait complexe», a mentionné la directrice.

Règles à suivre

Chaque groupe d’élèves a droit à son temps de jeu. «Les enfants participent bien, ils respectent les consignes. Ils se lavent les mains avant et après avoir joué», a souligné Mme Ouellet.

Afin de minimiser les risques de contamination, les jeunes ne se font pas face. Ils sont dos à dos. Ils ne peuvent pas toucher le ballon avec leurs mains. S’ils le font, le ballon est déposé dans une boîte et sera désinfecté. De plus, les enseignants doivent désinfecter le jeu avant l’utilisation.

L’initiative a tellement été bien accueillie dans le réseau des écoles du Chêne, de la Berge et de la Falaise, qu’un second jeu de babyfoot a été construit à l’École de la Falaise, a indiqué Mme Ouellet. Les élèves peuvent s’y amuser depuis le 25 mai. Encore une fois, la contribution d'un commanditaire, Excavation Alain Lemay, a permis un aménagement à faible coût.

Notons que plusieurs autres écoles au Québec ont également fabriqué des jeux de babyfoot géant afin d’aider les jeunes à garder la forme.

 

 

Les plus lus

Les jeunes pourront jouer au soccer cet été

SPORT. L’Association de soccer de Lotbinière (ASL) a confirmé, le 16 juin, la reprise des activités de ses différents clubs. Les inscriptions se dérouleront ainsi jusqu’à demain a fait savoir l’organisation sur sa page Facebook et les jeunes pourraient retrouver le terrain le 29 juin.

Un festival virtuel

SPORT. Les restrictions entourant la COVID-19 ont entraîné l’annulation de tous les événements et festivals de l’été partout au Québec. Pourtant, le cinquième Festival à la grange de Saint-Patrice-de-Beaurivage aura bel et bien lieu, mais de façon différente. L’événement qui met les chevaux en vedette se déroulera de manière virtuelle, le 27 juin, dès 19h.