(Crédit photo : Courtoisie)

SPORTS. La présence de trois femmes derrière le banc des Seigneurs de Lotbinière midget B n’a laissé personne indifférent. Si c’est un concours de circonstances qui a mené Marie Lemay, Leatitia Létourneau et Julie Caron à diriger les destinées de l'équipe, elles ont rapidement montré de quoi elles étaient capables. Au terme d’une saison qui ne s’est jamais vraiment terminée, elles conservent de bons souvenirs de cette expérience. Leur seul regret a été de ne pas avoir pu y mettre un point final.

«J’avais des conclusions à partager avec chacun d’eux. Il y en a un qui s’est tellement amélioré et je ne lui ai jamais dit. Je gardai ça pour la fin. On n’a même pas pu leur dire merci pour la saison. […] J’avais un joueur de troisième année qui m’avait mentionné que ce serait sa dernière saison. Pour lui, ce n’est pas une belle fin. C’est triste, on n’a pas pu finaliser le projet. J’ai beaucoup pensé à lui», a résumé l’entraîneuse-chef de la formation, Marie Lemay.

La crise provoquée par la COVID-19 a forcé les différentes associations sportives de la province à mettre un terme à toutes les saisons du jour au lendemain. Avant cette fin abrupte, l’équipe avait su tirer son épingle du jeu. Elle était sur une belle lancée. Les joueurs se sont illustrés, entre autres, en atteignant la finale du tournoi de Saint-Gilles.

«Nous avons eu des hauts et des bas. Nous nous sommes retrouvés dans la première moitié du classement. C’est ce que je visais au début de la saison. […] Je m’attendais à gagner les deux dernières parties et améliorer notre position au classement», a analysé Mme Lemay. «C’est le sentiment que j’avais aussi, que nous étions pour sortir le punch à la fin et surprendre le public comme nous avions fait à Saint-Gilles. Les gars, quand ils ont de la pression, jouent vraiment bien», a renchéri Laetitia Létourneau.

Une fois la crise terminée, elles réuniront leurs joueurs pour une activité de fin de saison bien mérité.

Heureux concours de circonstances

Au début de la saison, aucun père ne souhaitait occuper le rôle d’entraîneur. Sachant que Marie Lemay avait déjà été entraîneuse de soccer, certains parents l’ont approchée. Toutefois, cette dernière ne voulait pas vivre cette aventure seule.

«Cela n’a pas été si difficile que ça de me convaincre. J’avais quelques petites appréhensions, peur de me faire juger, qu’on n’ait pas notre place et que si les gars perdaient ce soit notre faute. C’était de la pression, mais en même temps, j’avais envie d’embarquer dans l’aventure. J’étais convaincue que ça irait bien», a rajouté Laetitia Létourneau. Cette dernière avait déjà de l’expérience comme assistante entraîneur d’une équipe féminine. Elle est aussi arbitre, donc elle est bien au fait des règlements, ce qui a d’autant facilité la communication avec les joueurs.

Recette gagnante

Malgré certaines appréhensions au début de la saison, elles ont réussi à se faire accepter des joueurs et ont rapidement gagné leur confiance. La clé de leur succès, croient-elles, se trouvait dans la préparation et la communication, et ce, dès les matchs préparatoires.

Les entraîneuses ont impliqué les joueurs dans certaines décisions d’équipe. «Nous leur avons demandé de s’impliquer. […] Au début de la saison, on ne connaissait pas les positions. On leur a demandé. Pour certains changements, les joueurs venaient me dire qu’ils n’étaient pas à l’aise. On essayait autre chose», a poursuivi Mme Lemay.

«Nous avons envoyé un jeune au centre sur la recommandation des autres joueurs. On l’a essayé et ç’a fonctionné. Ça venait d’eux, ils ont aimé ça et se sentaient impliqués dans l’équipe», a renchéri Mme Létourneau.

Aussi, elles n’ont pas banalisé l’impact du quotidien chez chacun des adolescents. «Oui, il y a le jeu, mais il y a le jeune aussi. Ce qu’il vit se transpose sur la glace. Il faut les aider à cheminer. Ce sont des ados, des boules d’émotions. Il ne faut pas banaliser ce qui leur arrive», a poursuivi Mme Létourneau.

Même si elles ont aimé leur expérience derrière le banc des Seigneurs, les deux femmes ne savent pas si elles seront de retour la saison prochaine.

L’équipe d’entraîneurs des Seigneurs de Lotbinière était composée de Marie Lemay, Laetitia Létourneau, Julie Caron, Alexandre Fortier et Jean-François Laliberté.

 

 

 

Les plus lus

Une saison pas comme les autres

HOCKEY. Si les hockeyeurs de la province et de la région peuvent depuis plusieurs semaines jouer sur les surfaces glacées, la saison 2020-2021 sera hors de l’ordinaire. Comme depuis la reprise des matchs cet été, les activités tenues par les associations de hockey de la région devront respecter plusieurs directives.

Les Toros de Lotbinière se distinguent

SPORTS. Deux équipes des Toros de Lotbinière se sont distinguées au cours des derniers jours. Les Toros Atome A et les Toros Pee-Wee B ont été couronnés champions de leur catégorie lors des tournois de fin de saison de la Ligue de Baseball mineur de la région de Québec les 6 et 7 septembre derniers.

Les hockeyeuses du campus de Lotbinière pourront poursuivre leur développement

SPORTS. Malgré le contexte d’incertitude entourant la COVID-19, le Cégep de Thetford assure que son équipe féminine de hockey pourra débuter ses activités cet automne sur la glace du Centre G.H. Vermette de Saint-Agapit.

Les activités parascolaires permises, le karaoké dans les lieux publics interdit

SPORTS ET LOISIRS. Le gouvernement du Québec a annoncé le 11 septembre que les établissements scolaires de la province pourront reprendre le 14 septembre leurs activités parascolaires, comme le sport étudiant et les arts. Dans un autre communiqué de presse, Québec a cependant annoncé de nouvelles restrictions dans les bars, dont l'interdiction de tenir des soirées karaoké.