Photo : courtoisie

SPORT. Patrick Poulin a commencé à s’entraîner à 18 ans. Au début, il le faisait pour s’améliorer au volleyball. De fil en aiguille, il a développé un intérêt pour l’entraînement musculaire en salle. À partir de ce moment, les rencontres et les formations qu’il a suivies l’ont progressivement mené à s’intéresser au culturisme et aujourd’hui, à 43 ans, il a récolté le fruit de ses efforts en remportant les honneurs de la compétition Ultimate Fitness Event qui a eu lieu le 7 mai, à Cobourg, en Ontario.

«C’est fou raide!», a lancé l’Agapitois qui a non seulement remporté la première place de la catégorie «Maître» pour les 40 ans et plus, mais aussi celle de la classe «Open». À ce moment, il s’était mesuré à des athlètes beaucoup plus jeunes que lui. «Ça me donne de la motivation pour les années à venir et je me sens à ma place», a-t-il résumé.

L’aventure a commencé l’année dernière alors qu’il a pris sous son aile l’un de ses collègues intéressés par le sport. Les deux s’entraînaient pour une compétition virtuelle. Leur employeur a remarqué leurs efforts et leur a offert un soutien comme commanditaire, mais aussi pour offrir l’environnement pour filmer et prendre les photos nécessaires.

«En cours de route, le déconfinement arrive. Je me dis que j’ai reçu une commandite de mon employeur, je veux l’investir dans mon sport. Je me dis que je vais aller m’essayer en Ontario, si je peux tirer mon épingle du jeu et voir où je me situe à 43 ans. J’y vais et je remporte tout. Vraiment tout. Je me suis dit : il se passe quelque chose. […] J’ai aimé mon expérience, j’ai trippé», a-t-il confié avec grand enthousiasme.

Travail prenant

Les résultats que Patrick Poulin a réussi à obtenir sont le fruit d’un important entraînement. Depuis quatre mois, il s’entraîne trois fois par jour : au programme, une séance de cardio et deux de musculation chaque jour. Il surveille ce qu’il mange au quotidien. Chaque jour, il mange de sept à huit repas composés surtout de protéines et de bons gras. Il ingère aussi des glucides à des moments ciblés afin d’avoir l’énergie nécessaire pour ses entraînements.

Pour garder sa motivation, son truc est simple. Il entretient le désir d’être meilleur que lui-même. «C’est de vouloir se surpasser. Mon objectif, chaque fois, c’est d’être meilleur contre moi. Ce n’est pas de battre les autres. Je veux m’améliorer comme personne. C’est un travail intérieur et extérieur. C’est ce qui me pouce à aller plus loin dans ma discipline et à continuer à m’amuser. Si j’ai le plaisir d’avoir la santé pour le faire à 70 ans, je vais le faire jusqu’à 70 ans.»

Sinon, lorsqu’il ne se prépare pas pour une compétition, il s’entraîne cinq fois par semaine et se garde les fins de semaine pour vivre une vie un peu plus normale.

Pratique naturelle

Contrairement à d’autres athlètes de cette discipline, Patrick Poulin pratique et compétitionne avec des adaptes d’un culturisme naturel. Il n’utilise pas de stéroïdes où d’autres substances qui permettent d’augmenter la masse musculaire.

«Je fais ce sport pour la santé. Si j’aime quelque chose à ce point, je veux le faire longtemps. Je ne m’entraînerais pas au détriment de ma santé. C’est pour ça que je me suis dirigé vers ça. J’ai vu que le corps humain était capable de beaucoup naturellement. Il n’a pas besoin de produits dopants pour bien fonctionner et répondre. À 43 ans, je n’aurais pas cette condition si le corps ne répondait pas bien, si le cœur ne fonctionnait pas bien», a analysé M. Poulin.

Il rappelle que le dopage peut mettre en jeu la santé d’une personne et que les carrières de ceux qui utilisent ces produits ne sont généralement pas très longues. «Les résultats sont là quand on y met les efforts, la bonne nutrition et du repos. Je ne vois aucune raison d’aller du côté sombre de la Force.»

Objectif à venir

«C’est une très bonne année. J’ai du fin en tabarouette et je vis ma passion à 100 %.» Patrick Poulin pourrait aussi gagner le titre de Monsieur Health & Fitness. Il est actuellement en troisième position du concours organisé par le magazine Muscle & Fitness.

En plus de pouvoir figurer dans les pages de la revue, le gagnant reçoit une bourse de 20 000 $. S’il remporte cette compétition, cela lui donnerait les moyens financiers d’atteindre son prochain but, soit une participation à une autre qui se déroulerait à Paris.

 

 

 

Les plus lus

Le Boucane Fest de retour pour une cinquième année

LOISIRS. Les organisateurs du Boucane Fest de Sainte-Agathe-de-Lotbinière ont confirmé le retour de l’événement. Cette cinquième édition aura lieu le 16 juillet au centre municipal.

Un nom pour la patinoire couverte de Saint-Apollinaire

SPORT. Le maire de Saint-Apollinaire, Jonathan Moreau, a profité du souper de la 30e Classique des étoiles de la Fondation Philippe Boucher, le 11 juin, pour annoncer le nom de la patinoire couverte de la municipalité. Elle portera le nom d’Espace Philippe Boucher.

De l’argent pour l’amélioration des infrastructures récréatives et sportives

LOISIRS. Le gouvernement du Québec investira 26, 4 M$ sur cinq ans pour augmenter l’accessibilité aux infrastructures récréatives et sportives existantes. C’est la ministre déléguée à l’Éducation, Isabelle Charest, qui en a fait l’annonce le 30 mai dernier.

Leatitia Létourneau entraîneuse de l’année

SPORT. Hockey Canada a décerné, le 16 juin, ses prix d’entraîneuses de l’année. Parmi les 22 lauréates, on retrouve Laétitia Létourneau de Saint-Édouard-de-Lotbinière. Elle a été nommée entraîneuse de l’année pour le Québec dans le volet communautaire et a reçu une bourse de 1 000 $.

Deuxième place pour un Gillois à la Classique peewee bantam

SPORT. Les 11 et 12 juin derniers avait lieu la Classique de golf peewee bantam au Club de golf Sainte-Marie. Le jeune Noah Moreau, de Saint-Gilles et représentant du Club de golf de Lotbinière, participait à l’événement. Il est reparti avec la seconde place.