(Crédit photo : Courtoisie)

SPORT. Après plusieurs mois à s’entraîner seul, après une blessure qui a ralenti sa progression, Samaël Fleury Nadeau a persévéré dans la pratique de ses deux sports de prédilection, le triathlon et le cyclisme. Malgré les obstacles qu’il a rencontrés, l’Agapitois de 16 ans a réussi à suivre le rythme et a réussi à obtenir des résultats enviables en fin de saison dans les deux disciplines.

Il a complété sa saison de cyclisme cet été en participant au Championnat québécois de cyclisme. Il a remporté la médaille d’argent chez les U-17 pour la course sur route et a terminé quatrième au classement général. À sa dernière compétition de triathlon en série Grand Prix, il a terminé sixième chez les juniors et fait un top 10 au cumulatif général.

Même s’il est fier de ses résultats, il a dû travailler fort pour les obtenir. Il a chuté lors d'une compétition de cyclisme plus tôt dans la saison. Pourtant, il a remonté sur son vélo quelques jours plus tard pour une autre épreuve, malgré une main enflée difficile à ganter. Les pansements devaient être refaits régulièrement, ce qui lui prenait beaucoup d’énergie avant même d'enfourcher son vélo, confie-t-il.

«Je ne voulais vraiment pas la manquer. Je me suis dit qu’après une année où j’ai mis autant d’efforts, je ne pouvais pas m’arrêter là. Il fallait que je continue, même si la forme n’était plus là à cause des blessures. Ç’a porté fruit parce qu’à la fin de la saison, j’ai pu réellement avoir la forme pour laquelle je me suis entraîné», a-t-il confié.

Ses performances en triathlon ont plus souffert de cette blessure. Il ne s’est pas seulement blessé à la main, mais aussi à l’épaule rendant les épreuves de natation plus difficiles.

«Je suis fier de ce que j’ai fait à ma dernière compétition. Encore aujourd’hui, mon niveau n’est pas revenu à 100 % pour la nage. Je prends donc tous les petits gains comme des réussites», a-t-il philosophé.

Défis

En plus des blessures, il a dû composer avec un autre obstacle de taille. Pour tous les athlètes, la dernière année et demie n’a pas été évidente. Les règles sanitaires ont compliqué les entraînements.

«Avec mon père, nous nous sommes arrangés pour que je puisse faire tous mes entraînements à l’Université Laval avec mon entraîneur. Chaque midi, il venait me reconduire pour que je puisse m’entraîner.»

La motivation n’était pas la même, poursuit-il. L’entraînement en solitaire a eu un effet tout comme l’annulation de compétitions en début de saison. Pour ne pas perdre de vue ses buts, le jeune homme et son entraîneur fixaient des objectifs à atteindre de façon régulière, comme terminer des entraînements précis et en gardant toujours en tête des ce qu'il souhaitait accomplir à plus long terme comme la participation à des compétitions de haut niveau.

Objectifs

Samaël Fleury Nadeau a développé un intérêt pour le triathlon alors qu’il était très jeune. C’est en assistant au Trimemphré Magog qu’il a eu le coup de foudre pour le sport. Quelques étés plus tard, alors qu’il était déjà en sports-études triathlon, il s’est découvert un intérêt pour le cyclisme. «Je m’entraîne en triathlon, je me dis, ça va ensemble. Je vais essayer pour voir si ça va bien et ç’a été un succès.»

Aujourd’hui, il vise une participation aux championnats canadiens en cyclisme et aux championnats panaméricains de triathlon.

Par ailleurs, à moyen terme, il espère rehausser suffisamment son niveau afin de pouvoir participer aux jeux Olympiques. Pour le moment, il vise les jeux de 2028, à Los Angeles.

Cependant, pour atteindre l’élite mondiale, il sait qu’il devra faire un choix entre le triathlon ou le cyclisme. Il privilégiera le sport dans lequel il performe le mieux. «Je vais choisir le sport qui m’ouvrira le plus de portes.» Pour le moment, son choix n’est pas encore arrêté.

 

 

Les plus lus

Chasse au chevreuil : nouvelle initiative pour favoriser la relève

CHASSE. À la suite du succès de la fin de semaine de la relève à la chasse l’an dernier, le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) tiendra une deuxième édition de cet événement. L’initiative se déroulera cette année les 30 et 31 octobre prochains.

La saison de la LHCS s’amorcera le 15 octobre

HOCKEY. Dix-huit mois après avoir dû cesser ses activités en raison de la pandémie, la direction de la Ligue de hockey Côte-Sud (LHCS) a annoncé, le 17 septembre, que ses activités reprendront officiellement le 15 octobre prochain.

Les Filons sautent sur la glace ce vendredi

HOCKEY. Les Filons du Cégep de Thetford sauteront finalement sur la glace le 1er octobre pour disputer le premier match de leur histoire. L’équipe féminine de hockey de division 2 se mesurera aux Diablos du Cégep de Trois-Rivières à 19h15 à l’aréna Claude-Mongrain, de Trois-Rivières.

Se relever malgré les obstacles

SPORT. Après plusieurs mois à s’entraîner seul, après une blessure qui a ralenti sa progression, Samaël Fleury Nadeau a persévéré dans la pratique de ses deux sports de prédilection, le triathlon et le cyclisme. Malgré les obstacles qu’il a rencontrés, l’Agapitois de 16 ans a réussi à suivre le rythme et a réussi à obtenir des résultats enviables en fin de saison dans les deux disciplines.

Une victoire pour le Model

SPORT. Le Model de Lotbinière a joué son premier match de la saison le 10 octobre dernier contre le Boutin Express de Plessisville, à Plessisville. Le Model a débuté le tout en force avec une victoire convaincante de 6-2 sur son adversaire.

Une nulle pour Les Filons

HOCKEY. L’équipe féminine de hockey du Cégep de Thetford, les Filons D2, a disputé sa première partie officielle de saisons régulière le 1er octobre dernier. Les filles ont réussi à tenir le coup devant les Diablos du Cégep de Trois-Rivières et les deux formations ont terminé la rencontre à égalité avec un pointage de 0-0.

Une première défaite pour les Filons

SPORTS. Les Filons du Cégep de Thetford jouaient leur premier match à domicile à l’aréna de Saint-Agapit le 9 octobre dernier. Malgré l’appui de la foule, les joueuses n’ont pas pu savourer leur première victoire de la saison et se sont inclinées 3-1 contre les Pionnières du Cégep de Rimouski.