Jean Beaudet et son épouse Camilla tourneront bientôt la page sur un pan important de leur vie. (Crédit photo : Mélanie Labrecque)

PORTRAIT. Véritable institution dans le paysage de Leclercville, le Magasin général C.E. Beaudet et Fils ne sera bientôt plus qu’un souvenir. Son propriétaire, Jean Beaudet, mettra la clé sous la porte le 29 décembre, fermant le livre d’une histoire familiale de plus de 70 ans.

«Quand mon père a acheté son premier magasin, j’avais un an. J’ai appris à marcher en arrière des comptoirs», a-t-il raconté. Il y a fait ses premiers pas dans le métier. Plus tard, le 17 janvier 1966, il a commencé à y travailler à temps plein avec son père, avant de prendre la relève.

Au fil du temps, il a vu le commerce se transformer, passant de deux établissements à un seul jusqu’à son déménagement dans les locaux actuels en 1988. Les souvenirs qu’il en garde sont nombreux et il les partage avec plaisir pendant l’entretien.

Une autre époque

La façon de faire des affaires a souvent changé en 70 ans, a rappelé M. Beaudet. Plus jeune, il voyait son père partir tous les lundis et les mardis matin faire la tournée des rangs. Il y prenait les commandes qu’il préparait avec les enfants le mardi après-midi jusqu’en soirée, avant de les livrer.

«On avait de tout […] On recevait tout en vrac. On pesait le riz, les fèves, les pois, le sucre, la cassonade. […] Tout était pesé, même le poivre et la moutarde sèche. […] Au village, ils achetaient en petite quantité, mais dans les rangs c’était à coup de 50 ou 100 livres, parce qu’ils faisaient beaucoup de conserves», a-t-il raconté en tournant les pages jaunies d’un vieux carnet de commandes de son père.

Avec le temps, le vrac a laissé sa place aux produits déjà emballés. Plus tard, les articles de quincaillerie et les matériaux de construction ont fait leur apparition sur les tablettes du magasin général. «Le commerce évoluait avec les besoins.» Et les gens venaient de loin. «C’était reconnu que ce que tu ne trouves pas ailleurs, tu vas l’avoir ici.»

Vie sociale

Dans les villages, le magasin général devenait un lieu de rassemblement pour la communauté. Aujourd’hui encore, il évoque d’agréables souvenirs à ceux qui passent le pas de la porte. Le commerce de M. Beaudet n’y faisait pas exception. La vie derrière son comptoir était loin d’être ennuyante.

«Je me suis fait beaucoup d’amis. Les soirs, un peu comme la ligue du vieux poêle, ça arrivait ici après souper et ça discutait de tout, d’élection, de conseil municipal... À Leclercville, il y avait beaucoup de marins. L’hiver, ils ne travaillaient pas, arrivaient ici vers 3h30 et parlaient de bateaux, de voyage, de transports. J’ai beaucoup appris», s’est-il remémoré.

Au fil des années et des informations glanées à écouter et à participer à ces conversations, il est même devenu la référence sur le passé de Leclercville. «Quand un étranger arrivait dans le village et voulait savoir quelque chose, on lui disait d’aller au magasin général et de parler au boss. J’ai toute l’histoire de Leclercville dans ma tête. J’ai toujours été intéressé à ça.»

Tourner la page

Ce n’est pas de gaité de cœur qu’il tire un trait sur ce qui a été son univers depuis sa naissance. Submergé par l’émotion, les mots viennent difficilement pour décrire ce qu’il ressent. «J’ai l’impression d’abandonner du monde. J’ai travaillé toute ma vie pour Leclercville. Là, c’est moi qui pars. […] C’est mon monde. Je n’ai jamais fait autre chose que ça. Ma clientèle, c’est sacré», a-t-il confié.

D’un autre côté, il est heureux d’avoir enfin du temps à consacrer à sa famille, ses enfants et ses petits-enfants. À travailler près de 100 heures par semaine, les vacances et les moments en compagnie des siens se faisaient plutôt rares. «J’ai la santé et ma famille est après moi. J’ai 11 petits enfants et le plus vieux a 9 ans. Je n’en profite pas.»

Maintenant, il pourra prendre le temps de les voir grandir. Grand amateur de chasse et de pêche, il pourra aussi renouer avec ses deux passions.

 

 

Les plus lus

Écurie détruite par les flammes

FAITS DIVERS. Les pompiers de Saint-Apollinaire ont été appelés à intervenir dans la nuit du 5 au 6 janvier pour un incendie qui s’est déclaré dans une écurie du rang Gaspé, à Saint-Apollinaire.

Valentin, le premier bébé de 2019

FAMILLE. La MRC de Lotbinière a accueilli son tout premier bébé de l’année 2019. Le petit Valentin Chouinard est né le 1er janvier à 3h53, à l’Hôtel-Dieu de Lévis. Le poupon, originaire de Saint-Apollinaire, est en parfaite santé, tout comme sa mère.

Don de jouets à Aide alimentaire Lotbinière

COMMUNAUTÉ. Aide alimentaire Lotbinière a reçu un cadeau inattendu de Telus. L’entreprise a fait un don de plus de 100 cadeaux à offrir aux enfants de familles à faible de revenus de la MRC, le 16 décembre dernier.

Avertissement météorologique

MÉTÉO. Des avertissements météorologiques sont en vigueur dans presque toutes les régions du Québec.

Solugen s’installera dans Lotbinière

AGRICULTURE. Le traitement du lisier de porc représente un problème majeur pour les producteurs. L’entreprise lévisienne Solugen propose une solution technologique qui enraye ce problème. Lors de la COP 24, qui a eu lieu récemment en Pologne, elle a confirmé la mise en place d’une première vitrine technologique au printemps 2019, un investissement de 3 M$ et c’est dans une ferme de la MRC de Lotbi...

Emploi : l’une des meilleures croissances au Québec

SOCIÉTÉ. La MRC de Lotbinière est l’une des 10 MRC au Québec qui a connu la plus forte hausse de son nombre de travailleurs en 2017. Selon sa plus récente publication, qui fait état de l’évolution du marché du travail au Québec, l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) classe Lotbinière au cinquième rang sur 104 MRC, avec une croissance de 2 %.

Moins de collisions mortelles sur les routes

FAITS DIVERS. La Sûreté du Québec (SQ) a publié, le 3 janvier, un bilan routier provisoire de l’année 2018. On peut y apprendre, entre autres, que le nombre de collisions mortelles survenues sur le réseau routier est en baisse. Les agents en ont comptabilisé 243 en 2017 par rapport à 235 en 2018.

Opération sécurité

SÉCURITÉ. Un barrage routier en plein mercredi après-midi est quelque chose de plutôt inusité. Pourtant, ceux qui se sont rendus à Saint-Agapit, le 12 décembre, en ont rencontré un. Cependant, ce n’était pas ceux qui avaient consommé drogue ou alcool qui étaient recherchés. Les autorités municipales voulaient attirer l’attention sur la problématique de sécurité à l’intersection de l’avenue Bergero...

Des jeunes de Saint-Agapit posent un beau geste pour Noël

COMMUNAUTÉ. Les enfants du service de garde de l’École l’Épervière de Saint-Agapit ont fait un don de 905 $ au Comité de bienfaisance de Saint-Agapit, le 14 décembre dernier. L’argent récolté lors d’un marché de Noël permettra à l’organisme de bonifier les paniers de nourriture qui seront remis aux familles dans le besoin.

Relais pour la vie : inscriptions ouvertes

COMMUNAUTÉ. La septième édition du Relais pour la vie dans Lotbinière aura lieu le 1er juin, au terrain des loisirs de Saint-Apollinaire. Le comité organisateur profite du temps des Fêtes pour lancer la période d’inscriptions.