Plusieurs opposants au projet de forage d’un puits de gaz naturel se sont présentés à Joly, le 6 juillet dernier. (Crédit photo : Mélanie Labrecque)

ENVIRONNEMENT. Une rencontre d’information tenue par Ressources Utica, le 6 juillet, a relancé le débat sur l’exploitation du gaz de schiste. L’entreprise, qui compte implanter un réservoir de gaz naturel conventionnel sur une terre agricole de Joly, a dû répondre aux critiques qui lui ont été adressées par les représentants de plusieurs groupes opposés à de tels projets.

Une quarantaine de citoyens provenant d’un peu partout dans la région se sont présentés en matinée pour manifester leur désaccord. Ces derniers craignent que cela relance, à moyen terme, l’exploitation du gaz de schiste.

«Vous n’allez pas fabriquer de l’acceptabilité sociale, parce qu’il n’y en aura pas. […] Au nom de la qualité de l’eau qu’on boit, de l’air qu’on respire, de la terre dont on se nourrit et de l’atmosphère qu’avec vous on partage, nous nous comportons en souverains. S’il y a une souveraineté qui doit cheminer dans l’esprit populaire, c’est celle-là. C’est la survie du monde qui est en jeu. Ne perdez pas votre temps à essayer de nous ramener le gaz et le pétrole. On veut s’en sortir, pas s’y enfoncer davantage», a lancé le metteur en scène et initiateur du Pacte pour la transition, Dominic Champagne.

Au cours des dernières semaines, Ressources Utica, a tenu différentes activités d’information et rencontré plusieurs citoyens. Selon son porte-parole, Yvan Loubier, le conseil municipal appuie le projet et il y a un intérêt dans la population. «Jusqu’à présent, les gens de Joly que nous avons rencontrés étaient d’accord et enthousiastes. L’acceptabilité sociale, ce n’est pas Dominic Champagne qui la détermine, ce n’est pas un groupe d’opposants qui la dicte.»

Éléphant dans la pièce

Pour la porte-parole de Lotbinière en transition, Irène Dupuis, toute cette opération de relation publique n’est que de la poudre aux yeux et vise uniquement à donner une poignée aux entreprises qui tentent de convaincre le gouvernement de lever les interdictions de fracturation.

«Il est évident que tout ce branle-bas de combat de la part des gazières ne vise pas seulement la mise en place d’un réservoir à Joly. Questerre et Utica travaillent très activement pour obtenir l’autorisation pour un projet pilote dans notre région et pour faire changer la règlementation du Québec afin de rendre possible l’exploitation du gaz de schiste.»

Elle rappelle que Ressources Utica vient d’acquérir quatre petites compagnies gazières au Québec qui possèdent des licences. S’ajoute le fait que plusieurs lobbyistes ont été mandatés pour faire des représentations auprès du gouvernement, de plusieurs ministères, des MRC de Lotbinière et de Bécancour ainsi que de certaines municipalités.

«C’est quelque chose qui ne passe pas, qui n’est pas accepté dans le secteur. Les gens sont informés, comprennent le dossier et n’en veulent pas. Mon message, c’est que nos gouvernements doivent se mobiliser et être proactifs. Ils doivent être des acteurs clés pour diminuer notre consommation d’hydrocarbures. Il faut qu'ils aident la population à modifier ses comportements et amener des solutions.»

 Le projet

Si elle obtient tous ses permis, l’entreprise commencera, cet automne, le forage d’un puits de 2 500 mètres sur une terre agricole. Situé près d’un ancien puits de la Société québécoise d’initiative pétrolière (SOQUIP), le forage vertical permettra d’extraire du gaz naturel conventionnel.

Ce n’est pas du gaz de schiste, précise Yvan Loubier. «On souhaite informer les gens. On veut être transparent et défaire les arguments présentés par les opposants comme quoi il y aura de la fracturation. Il n’y en aura pas.» La nouvelle réglementation, «l’une des plus sévères au monde», interdit la fracturation hydraulique dans la vallée du Saint-Laurent, rappelle-t-il.

Une fois le puits creusé, une partie du gaz sera extraite et ce qui restera permettra à la compagnie de créer un réservoir naturel qui sera transféré à Intragaz. «C’est comme à Saint-Flavien. C’est un puits de stockage de gaz naturel», a-t-il précisé. S’ajoutent aussi des projets de géothermie, de production de biogaz et de captation du CO2.

 

 

Les plus lus

Un circuit pour boire local

TOURISME. Vins, cidres, bières, hydromels, alcools de petits fruits, alcools d’érable… La MRC de Lotbinière compte de nombreux producteurs d’alcools et de spiritueux. Cette richesse et cette diversité devenaient un atout touristique incontournable pour la région. Conscients de ce potentiel, les producteurs ont choisi de s’unir pour créer la Route des alcools d’ici. Son lancement officiel a eu lieu...

La CSDN claque la porte de la FCSQ

ÉDUCATION. La Commission scolaire des Navigateurs a quitté, le 25 juin, la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ), le regroupement représentant la majorité des commissions scolaires francophones du Québec, en raison de divergences sur la question de la gouvernance scolaire qui s’accentuent depuis février.

Gaz naturel : les inquiétudes remontent à la surface

ENVIRONNEMENT. Une rencontre d’information tenue par Ressources Utica, le 6 juillet, a relancé le débat sur l’exploitation du gaz de schiste. L’entreprise, qui compte implanter un réservoir de gaz naturel conventionnel sur une terre agricole de Joly, a dû répondre aux critiques qui lui ont été adressées par les représentants de plusieurs groupes opposés à de tels projets.

Il y aurait peu d’abandon d’animaux dans la région

SOCIÉTÉ. À l’approche du 1er juillet, certains refuges pour animaux de la province font une offensive de sensibilisation à propos des abandons. Dans la MRC de Lotbinière, le responsable du service Facepatte, Mathieu Bélanger, appelle aussi à la vigilance, mais indique que les abandons ne sont pas chose courante sur le territoire.

Unis pour les enfants

COMMUNAUTÉ. Les séjours en camps de vacances peuvent rapidement devenir coûteux. Pour les familles à faible revenu, les offrir à leurs enfants peut alors devenir un véritable casse-tête financier. Cet été, quinze enfants provenant de milieux moins favorisés ou qui ont des problématiques particulières des MRC de Lotbinière et des Appalaches seront soutenus financièrement et auront la chance de part...

Un petit geste qui fait du bien

COMMUNAUTÉ. Élodie Fortin, 6 ans et demi et sa sœur Maély, qui aura bientôt 5 ans, ont fait preuve d’une grande générosité le 29 juin dernier. Les fillettes de Saint-Narcisse ont fait un don de cheveux à la Fondation DonEspoir Cancer.

Retrouver un peu de forêt en ville

ENVIRONNEMENT. Saint-Agapit a complété récemment l’agrandissement et la mise en valeur du Sentier de la rivière Noire. Les travaux évalués à plus de 50 000 $ ont permis à la municipalité d’aménager 1,5 km de sentier pédestre en milieu boisé et en bordure du cours d’eau.

De gros véhicules attendus à Saint-Agapit

ÉVÉNEMENT. Entre 50 et 60 véhicules, tracteurs et camions semi-remorques modifiés, sont attendus à Saint-Agapit, le 6 juillet. Les terrains derrière l’aréna seront pris d’assaut par la compétition de tire de tracteur.

La saison touristique est lancée

SOCIÉTÉ. Tourisme Lotbinière a lancé la saison touristique 2019 le 19 juin dernier au Domaine de l’Oie Toquée de Saint-Agapit.

Une cour à l’image des jeunes

SOCIÉTÉ. Après deux ans et demi de travail acharné, les membres du Comité de la cour de l’École la Clé d’Or vont voir leurs efforts récompensés. D’ici quelques semaines, la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) lancera les appels d’offres pour la réalisation du réaménagement complet de la cour de l’école, un projet de 75 000 $.