Gaby Boilard, président d’Avenir Sainte-Agathe, Gilbert Breton, maire de Sainte-Agathe et Paul Gagné, dg de la Caisse de l’Érable. (Crédit photo : Mélanie Labrecque)

SOCIÉTÉ. Le cœur de Sainte-Agathe subira une cure de rajeunissement. Avenir Sainte-Agathe et la municipalité ont confirmé un investissement de 1 M$ pour la construction d’un nouvel édifice qui abritera la clinique médicale et la pharmacie. Les travaux pour l'érection du bâtiment qui sera situé à l’intersection de la rue Saint-Georges et de la rue Gosford débuteront ce printemps et devraient être terminée en août.

«La relocalisation de ces services permettra la continuité de l’opération d’une clinique et d’une pharmacie à Sainte-Agathe, pour une période minimale de 10 ans. […] En plus d’assurer le maintien de services essentiels, cette relocalisation contribuera également à l’embellissement de la municipalité puisque la construction engendrera la démolition d’un immeuble déjà inhabité depuis quelques années», a expliqué, en conférence de presse, le président d’Avenir Sainte-Agathe, Gaby Boilard.

En plus d’augmenter considérablement la surface de la pharmacie, la clinique aura accès à des infrastructures modernes et comptera maintenant trois bureaux pouvant accueillir autant de médecins.

M. Boilard a précisé que les enfants des deux professionnels desservant Sainte-Agathe ont chacun suivi les traces de leur parent. La fille de la pharmacienne Jocelyne Paradis pratiquera avec sa mère, tout comme la fille du Dr Denis Noël qui se joindra à son père d’ici un an pour recevoir les patients de Sainte-Agathe.

Les installations actuelles étaient rendues vétustes et les travaux pour les mettre aux normes étaient beaucoup trop importants. A ajouté le maire, Gilbert Breton. «Nous avons la chance d’avoir la clinique médicale et la pharmacie dans le village. C’est précieux et nous voulons en assurer la continuité.»

Ainsi, afin de supporter Avenir Sainte-Agathe dans son ambition, la municipalité a accordé une aide de 250 000 $ à l’organisme pour l’acquisition de l’immeuble. Par la suite, elle fournira 66 120 $ par année sur neuf ans.

L’importance de la somme aurait pu rebuter les citoyens de la petite ville. Au contraire, a mentionné Daniel Desrochers, conseiller municipal et administrateur d’Avenir Sainte-Agathe. «Pour un projet comme celui-là, la municipalité est obligée d’aller en ouverture de registre. Ça prenait 143 signatures pour avoir un référendum. Il y en a eu trois. Ça faisait l’unanimité. C’était une priorité des gens.»

De plus, la municipalité et l’organisme ont bénéficié de l’aide financière de la Caisse de l’Érable qui a investi une somme de 25 000 $ dans l’aventure. «On a le sentiment que ça va être vivant, structurant et mobilisant pour le milieu», a ajouté, le directeur général de la Caisse, Paul Gagné.

En développement

Depuis 2016, Sainte-Agathe connaît un développement important, a rappelé Gilbert Breton. La municipalité a vendu quatre terrains dans le parc industriel, dont deux qui ont déjà été construits. De plus, la localité a enregistré la construction de huit nouvelles résidences.

Le maintien de la clinique médicale et de la pharmacie était donc essentiel pour maintenir ce développement. Sainte-Agathe avait réalisé une consultation publique auprès de ses citoyens et la préservation et l’ajout de services de proximité faisaient partie de leur priorité.

 

 

Les plus lus

Investissement majeur à Sainte-Agathe

SOCIÉTÉ. Le cœur de Sainte-Agathe subira une cure de rajeunissement. Avenir Sainte-Agathe et la municipalité ont confirmé un investissement de 1 M$ pour la construction d’un nouvel édifice qui abritera la clinique médicale et la pharmacie. Les travaux pour l'érection du bâtiment qui sera situé à l’intersection de la rue Saint-Georges et de la rue Gosford débuteront ce printemps et devraient être t...

L’ensemble des traitements contre le cancer disponible à Lévis

SANTÉ. En Chaudière-Appalaches, les patients atteints de cancer pourront désormais être pris en charge à Lévis sans avoir à se rendre à Québec, grâce au nouveau Centre régional intégré de cancérologie (CRIC) situé à l’Hôtel-Dieu.

La CSDN aura aussi des nouvelles classes de maternelle 4 ans

ÉDUCATION. Quatre des 250 nouvelles classes de maternelle 4 ans annoncées par le gouvernement provincial ont été attribuées à la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN). Comme ailleurs dans la province, elles doivent ouvrir leurs portes pour l’année scolaire 2019-2020.

Une décision qui se prend tôt le matin

ÉDUCATION. La décision de fermer ou non les écoles le matin se prend à 5h, même avant dans certains cas.

Près de 100 contraventions émises en un an

SÉCURITÉ. Depuis le 1er mars 2018, la Sûreté du Québec a distribué 87 contraventions à des automobilistes qui circulaient sur la route 271, à Saint-Flavien.

Jason-Elvis part à la conquête du monde

SOCIÉTÉ. Jason-Elvis Métivier s’envolera prochainement pour les Pays-Bas afin de représenter le Canada lors du World Agility Championship qui aura lieu du 10 au 14 avril prochain dans la ville de Hellendoorm.

La MRC veut permettre les maisons de tourisme

SOCIÉTÉ. À l’heure où certaines municipalités partent en guerre contre les propriétaires qui louent leur logement sur des plateformes de type Airbnb, la MRC de Lotbinière, elle, veut s’ouvrir à ce type d’hébergement touristique. Lors de la dernière séance du conseil des maires, les élus se sont penchés sur un projet de règlement visant à l’autoriser dans certains secteurs du territoire.

Un étudiant de Saint-Sylvestre reçoit une bourse

ÉDUCATION. Vincent Gagné, de Saint-Sylvestre, a reçu une bourse de 500 $ de la Fondation Jefo, le 20 février dernier.

De l’aide pour trois municipalités

SOCIÉTÉ. Le gouvernement a confirmé qu’il apporterait son soutien à 24 municipalités du Québec qui ont été touchées par la tempête de neige qui a sévi du 24 au 26 février. Du nombre, on retrouve trois localités de la MRC de Lotbinière.

Planification stratégique : la MRC à l’écoute

POLITIQUE. La municipalité régionale de comté (MRC) de Lotbinière a dévoilé sa nouvelle planification stratégique 2019-2022 au Centre communautaire de Saint-Narcisse-de-Beaurivage, le 13 mars dernier. On y a décelé quatre grands secteurs à travailler dont la qualité de l’eau, le manque de main-d’œuvre, le transport collectif et l’identité régionale.