Martin Dubois de Patri-Arch a présenté le pré-inventaire des bâtiments agricole de Lotbinière. Bien qu’il ait été fait à l’été 2017, certains bâtiments cités n’existent plus aujourd’hui. (Crédit photo : Mélanie Labrecque)

HISTOIRE. Le paysage agricole de la MRC de Lotbinière est ponctué de bâtiments de ferme ultra-modernes et d’installations à la fine pointe de la technologie. D’autres constructions sont les témoins silencieux d’une autre époque. Pour mettre leur importance en lumière, la MRC a commandé un pré-inventaire de ces édifices. Le répertoire qui compte 318 bâtiments a été présenté le 9 mai dernier.

«Dans un diagnostic que nous avions fait du territoire, nous retrouvions plusieurs bâtiments agricoles qui avaient une valeur patrimoniale, ou non, qui étaient laissés à l’abandon. C’était une préoccupation pour nous. L’intérêt c’est de pouvoir les remettre en valeur», a expliqué le responsable de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme à la MRC de Lotbinière, Pablo Montenegro Rousseau.

Le travail, réalisé à l’été 2017, démontre que sur les 318 édifices répertoriés, 73 sont considérés comme ayant une valeur patrimoniale exceptionnelle ou supérieure. Pour la plupart, ils ont été construits au 20e siècle, quelques-uns vers la fin du 19e siècle.

Il n’y a pas que de vieilles granges qui ont été inventoriées. Il y a aussi d’anciennes écuries, porcheries, des bâtisses utilisées pour la conservation d’aliments ou de matériel. Certaines ont des structures surprenantes, des couleurs éclatantes ou délavées avec des détails uniques.

«C’est un patrimoine assez riche. Nous avons constaté qu’il y avait des composantes architecturales qui persistaient, parfois assez typiques de la région. Quand on s’y attarde et qu’on observe comme il faut, c’est très intéressant. Ça nous rappelle comment nos ancêtres faisaient l’agriculture», a expliqué le président de la firme Patri-Arch, Martin Dubois.

Fragile

Bien que Lotbinière compte plusieurs milliers de ces bâtiments, il s’agit d’un héritage «fragile» et «vulnérable», a rappelé Martin Dubois. Les besoins de l’agriculture moderne les rendent parfois inutiles.

«C’est dangereux d’en perdre beaucoup. C’est un patrimoine qui sera toujours plus menacé que les maisons qui sont nécessaires pour l’habitation. Quand il n’y a plus d’animaux, c’est sûr que ces bâtiments n’ont plus vraiment de raisons d’exister.»

Le répertoire, accessible sur le site de la MRC de Lotbinière, facilitera les efforts de conservation. «Si on veut les préserver, il faut savoir de quoi on parle et quels sont les éléments les plus intéressants», a rappelé M. Dubois. Du coup, il souligne le travail de plusieurs propriétaires qui entretiennent leurs bâtiments.

Selon lui, pour prolonger leur durée de vie, il faut non seulement les entretenir, mais aussi leur attribuer une fonction.

 

 

Les plus lus

La Beaurivage est sortie de son lit

MÉTÉO. La rivière Beaurivage est sortie de son lit. Les fortes pluies des dernières heures ont provoqué le débordement du cours d’eau à certains endroits de la MRC de Lotbinière.

CAA-Québec recherche encore les pires routes de la province

TRANSPORT. CAA-Québec revient pour une quatrième année avec son palmarès des pires routes du Québec. Encore cette année, les usagers du réseau routier pourront voter pour un ou plusieurs tronçons de route qu’ils considèrent comme étant les plus mal en point de leur région.

La science citoyenne au service de l’environnement

ENVIRONNEMENT. Trois organismes de la MRC de Lotbinière souhaitent faire l’inventaire de la biodiversité de la forêt seigneuriale de Joly. D’ici le mois de septembre, ils y tiendront trois bioblitz, dont le premier qui aura lieu le 12 mai.

Changer le monde une parcelle de terre à la fois

SOCIÉTÉ. Les propriétaires de la Ferme du Ruisseau Fleury de Val-Alain, Nicole Charbonneau et Mario Giroux, sont revenus transformés d’un voyage de coopération internationale qu’ils ont fait au Bénin. En collaboration avec l’Union des producteurs agricoles — Développement international (UPA DI), ils se sont rendus dans ce pays de l'ouest de l’Afrique du 15 au 26 février.

L’anglais intensif fera son entrée à l’École Étienne-Chartier

ÉDUCATION. Les élèves de sixième année de l’École Étienne-Chartier de Saint-Gilles auront accès, dès la prochaine rentrée, à des cours d’anglais intensifs.

Financement confirmé pour l’OBV du Chêne

ENVIRONNEMENT. Le gouvernement a confirmé, le 27 avril dernier, une bonification de plus de 7 M$ pour les 10 Organismes de bassin versant (OBV) de la Chaudière-Appalaches. Parmi ceux-ci, on retrouve l’OBV de la zone du Chêne et le Comité de bassin de la rivière Chaudière (COBARIC).

Le gouvernement prend en charge les puits inactifs

ENVIRONNEMENT. Le gouvernement du Québec a confirmé, le 1er mai, une somme de près de 2 M$ par année pour repérer et sécuriser les puits pétroliers et gaziers inactifs qui se trouvent sur son territoire.

Une popularité qui se confirme

TRANSPORT. Depuis son implantation en 2012, l’Express vers Sainte-Foy a connu, en 2017, sa meilleure année. Selon les données compilées, Express Lotbinière a enregistré plus de 24 200 passages en 2017, une augmentation de 14% par rapport à 2016.

Du champ au centre de tri

ENVIRONNEMENT. Plusieurs producteurs de la MRC de Lotbinière participent, depuis quelques années déjà, à une initiative qui permet de réduire leur empreinte écologique. Ils collaborent à la collecte des plastiques d’enrobage de balles de foin.

Un premier Salon de la famille dans Lotbinière

FAMILLE. Saint-Apollinaire sera l’hôte du premier Salon maternité, paternité et famille de Lotbinière qui aura lieu le 26 mai, au Centre multifonctionnel.