Le conseil municipal a entériné la décision du comité de démolition dans le dossier de la maison Legendre. (Crédit photo : Mélanie Labrecque)

SOCIÉTÉ. Le conseil municipal de Sainte-Croix a confirmé, le 7 août, la décision du comité de démolition dans le dossier de la maison Legendre. À majorité, il a autorisé la démolition de l’immeuble situé sur la route Marie-Victorin.

Elle n’a toutefois pas été unanime. Il y a eu appel au vote et deux conseillers se sont prononcés contre l’émission du permis. C’est finalement à quatre contre deux qu'elle a été prise.

La décision, a précisé le maire, Jacques Gauthier est irrévocable. «La maison était dans un état tel, que c’était dangereux pour les personnes. Il y en a qui pensait trouver de l’argent, mais nous, on a choisi d’appuyer la décision du comité de démolition, à majorité.»

«Je ne cacherai pas ma déception. […] J’espère que la déconstruction se fera de façon adéquate, civilement de façon à récupérer le plus de pièces possible pour qu’elle demeure vivante», a fait savoir la représentante du comité de sauvegarde, Christine Rousseau. Cette dernière avait déposé un appel et avait été entendue le 31 juillet par le caucus de la municipalité.

Lors de cette audience, Mme Rousseau avait notamment demandé au conseil de reporter la décision de deux mois afin d’être en mesure de fournir des «propositions détaillées de solutions alternatives.» Elle avait aussi proposé au conseil d’embaucher un second expert qui apporterait un autre point de vue qui s’ajouterait à celui de Michel Martel.

Christine Rousseau a confirmé qu’à partir de maintenant elle s’affairerait à constituer un fonds d’archives comprenant, entre autres, photos et artéfacts qui permettra de perpétuer les origines de la famille Legendre et de la maison érigée en 1793.

Jacques Gauthier a rappelé aux personnes présentes dans la salle que Sainte-Croix n’a pas été la seule à autoriser la démolition d’un bâtiment à valeur patrimoniale. Il a cité la Ville de Lévis qui a accordé le permis de démolition au propriétaire de la maison Rodolphe-Audette, le 3 juillet dernier, après une saga qui a duré plus de 4 ans.

 

 

Les plus lus

Valentin, le premier bébé de 2019

FAMILLE. La MRC de Lotbinière a accueilli son tout premier bébé de l’année 2019. Le petit Valentin Chouinard est né le 1er janvier à 3h53, à l’Hôtel-Dieu de Lévis. Le poupon, originaire de Saint-Apollinaire, est en parfaite santé, tout comme sa mère.

Revue 2018 - Rétrospective du mois d'octobre

Voici les événements qui ont marqué le mois d'octobre.

Une bonne année pour Nez rouge

SOCIÉTÉ. Les responsables de l’Opération Nez rouge (ONR) de Lotbinière ont tracé un bilan positif de cette 27e année d’activité dans la région. En huit soirées d’activité, les 222 bénévoles ont aidé à la réalisation de 169 raccompagnements.

Revue 2018 - Rétrospective du mois d'août

Voici quelques événements qui ont marqué le mois d'août.

Revue 2018 - Rétrospective du mois de septembre

Voici un résumé des événements qui ont marqué le mois de septembre.

Revue 2018 - Rétrospective du mois de juillet

Voici les événements marquants du mois de juillet.

Un harfang des neiges perché sur un coq

OBSERVATION. Lucien Lemay, son épouse et un ami, Daniel Patry, ont pris part au Recensement des oiseaux de Noël (RON) le 15 décembre dernier. La veille, ils ont fait du repérage dans la zone du RON et un peu à l’extérieur. À Saint-Édouard, ils ont fait une observation inusitée. Ils ont remarqué un harfang des neiges perché sur le coq de l’église.

Revue 2018 - Rétrospective du mois de novembre

Voici quelques moments qui ont marqué le mois de novembre.

Budget en augmentation à Saint-Antoine-de-Tilly

POLITIQUE. Le conseil municipal de Saint-Antoine-de-Tilly a adopté, le 18 décembre, un budget de 2,4 M$ pour l’année 2019. Il s’agit d’une légère augmentation par rapport à l’année dernière où les dépenses étaient estimées à 2,3 M$.

Le suicide toujours préoccupant en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Le Centre intégré de santé et de service sociaux (CISSS) de la Chaudière-Appalaches a fait le point sur la situation du suicide sur le territoire. Selon les plus récents chiffres du CISSS (2011-2015), environ 76 personnes commettent l’irréparable chaque année, en Chaudière-Appalaches.