Plusieurs ont dénoncé les conditions dans lesquelles les tigres présentés à Festivent étaient gardés. (Crédit photo : Louis-Philippe Samson)

SOCIÉTÉ. La controverse entourant la présence du Zoo Papanack à la dernière édition de Festivent a raisonné jusque dans la MRC de Lotbinière. Plusieurs ont dénoncé la situation sur la page Facebook de l’organisme Facepatte

Les dizaines de commentaires émis par les abonnées de la page, qui offre un service de sauvetage d’animaux errants dans la MRC de Lotbinière, n’étaient pas tendres envers l’organisation de Festivent :

«Honnêtement un ajout inutile. Ils n’ont même pas un semblant d’habitat pour se dégourdir un peu… vraiment ordinaire», a indiqué Marie-Pierre Saindon.

«Ce traitement est légal ? Des pauvres animaux sous le soleil à 30 degrés dans un stationnement… c’est humiliant pour notre province», a ajouté Camila Boivin.

Le gestionnaire du service, Mathieu Bélanger, a été fortement actif pendant la durée du festival qui s’est conclu le 5 août, appelant même au boycottage de l’événement.

Réaction officielle

Le directeur général de Festivent, Sébastien Huot, a expliqué à nos collègues du Journal de Lévis avoir été mis au courant des critiques émises sur les réseaux sociaux.

«Oui, il y a eu des commentaires négatifs par rapport au zoo. Ce que j’aurais à dire, c’est qu’on va prendre ces commentaires constructifs pour prendre des décisions dans le futur par rapport à notre événement. On est toujours ouverts à avoir des commentaires constructifs», a dit M. Huot.

Le directeur général se défend en indiquant que l’organisation a fait des recherches concernant l’entreprise engagée.

«Nous avons fait le tour de ceux qui recevaient des zoos dans des événements familiaux au Québec ou au Canada. Nous avons choisi ce zoo-là parce qu’il y avait des commentaires positifs selon les références qu’on avait. On a fait nos devoirs et on va les refaire par rapport à ça. On croit avoir fait une bonne base de vérifications. Est-ce qu’on a poussé assez? Je ne sais pas, mais clairement, on va y réfléchir une seconde fois pour déterminer si on revient avec cette activité ou si on la met de côté tout simplement. C’est une décision qui sera prise en équipe dans un futur rapproché», a conclu Sébastien Huot.

Il a indiqué que l’objectif était d’amener une certaine nouveauté dans la programmation de l’événement qui a célébré, cette année, ses 36 ans.

Avec la collaboration de Louis-Philippe Samson

 

 

Les plus lus

Valentin, le premier bébé de 2019

FAMILLE. La MRC de Lotbinière a accueilli son tout premier bébé de l’année 2019. Le petit Valentin Chouinard est né le 1er janvier à 3h53, à l’Hôtel-Dieu de Lévis. Le poupon, originaire de Saint-Apollinaire, est en parfaite santé, tout comme sa mère.

Revue 2018 - Rétrospective du mois d'octobre

Voici les événements qui ont marqué le mois d'octobre.

Une bonne année pour Nez rouge

SOCIÉTÉ. Les responsables de l’Opération Nez rouge (ONR) de Lotbinière ont tracé un bilan positif de cette 27e année d’activité dans la région. En huit soirées d’activité, les 222 bénévoles ont aidé à la réalisation de 169 raccompagnements.

Revue 2018 - Rétrospective du mois d'août

Voici quelques événements qui ont marqué le mois d'août.

Revue 2018 - Rétrospective du mois de septembre

Voici un résumé des événements qui ont marqué le mois de septembre.

Revue 2018 - Rétrospective du mois de juillet

Voici les événements marquants du mois de juillet.

Un harfang des neiges perché sur un coq

OBSERVATION. Lucien Lemay, son épouse et un ami, Daniel Patry, ont pris part au Recensement des oiseaux de Noël (RON) le 15 décembre dernier. La veille, ils ont fait du repérage dans la zone du RON et un peu à l’extérieur. À Saint-Édouard, ils ont fait une observation inusitée. Ils ont remarqué un harfang des neiges perché sur le coq de l’église.

Revue 2018 - Rétrospective du mois de novembre

Voici quelques moments qui ont marqué le mois de novembre.

Budget en augmentation à Saint-Antoine-de-Tilly

POLITIQUE. Le conseil municipal de Saint-Antoine-de-Tilly a adopté, le 18 décembre, un budget de 2,4 M$ pour l’année 2019. Il s’agit d’une légère augmentation par rapport à l’année dernière où les dépenses étaient estimées à 2,3 M$.

Le suicide toujours préoccupant en Chaudière-Appalaches

SANTÉ. Le Centre intégré de santé et de service sociaux (CISSS) de la Chaudière-Appalaches a fait le point sur la situation du suicide sur le territoire. Selon les plus récents chiffres du CISSS (2011-2015), environ 76 personnes commettent l’irréparable chaque année, en Chaudière-Appalaches.