Plusieurs citoyens se sont présentés à la rencontre d’information du comité de démolition. (Crédit photo : Mélanie Labrecque)

PATRIMOINE. Le sort de la maison Legendre sera scellé au cours des prochains jours. Le comité de démolition s’est réuni le 3 juillet dernier devant près de 30 personnes pour entendre les arguments des gens en faveur et ceux qui s’y opposent. Bien que la démolition semble probable, plusieurs demandent à la municipalité de considérer d’autres options de conservation.

«Nous avons visité la maison le 28 juin. Nous avons pu constater l’état actuel et nous sommes convaincus qu’elle représente un danger pour la sécurité des personnes. D’ailleurs, M. Hamel nous a confirmé que ses assurances ne veulent plus assurer la maison», a fait savoir le maire de Sainte-Croix et président du comité de démolition, Jacques Gauthier, en début de séance.

Une dizaine de personnes se sont prévalues de leur droit de parole, dont le détenteur actuel, Yvon Hamel, l’ancien propriétaire Yvon Legendre, la présidente de la Société Patrimoine et histoire des Seigneuries de Lotbinière, Sylvie Bernard, un voisin, Guillaume Bourgeois et plusieurs autres citoyens de Sainte-Croix et de la région.

Yvon Hamel a rappelé qu’il a déjà eu une ouverture pour la sauvegarde de la maison en 2014, mais que l’intervention de certaines personnes a fait «chavirer» le projet. Il était prêt à céder la résidence pour 1 $ à condition qu’elle soit déménagée et que le groupe assure l’édifice avant de commencer à y travailler.

Des travaux ont été faits sur la maison, en l’absence des propriétaires et sans assurance. C’est la goutte qui a fait déborder le vase. «Après trois provocations, c’était trop. Là, elle est rendue dangereuse et elle n’est plus assurable. Si vous ne donnez pas le permis, je vais envoyer une mise en demeure à la Ville», a-t-il averti. Ce dernier se dit aussi exaspéré des commentaires irrespectueux qui sont véhiculés à son endroit sur les réseaux sociaux.

«Présentement, ce sont de trois à cinq personnes par jour qui viennent, qui vont dans mon entrée se stationne sur le gazon et se promène. On a hâte que ça cesse», a lancé le voisin arrière, Guillaume Bourgois, fatigué de voir des gens circuler sans autorisation.

Reconstruire

«Ce qui est souhaitable, c’est de récupérer ce qui peut l'être et de s’assurer de remonter le tout à un autre endroit. Elle ne perdra pas son âme à 100 % et on lui redonnera une nouvelle vie», a fait valoir Sylvie Bernard. Plusieurs autres interventions ont été faites aussi en faveur d’une déconstruction, pièce par pièce, pour qu'elle soit remontée sur un autre site.

De son côté, l’ancien propriétaire, Yvon Legendre a notamment fait part de ses craintes concernant le sous-sol du site. L’occupation de l’endroit date du régime français et des vestiges pourraient encore s’y retrouver. «Lorsque j’avais excavé pour la fosse septique, j’avais trouvé de la Saintonge, une vaisselle typique de la terre cuite commune française.»

Intervention extérieure

Parmi ceux qui ont pris la parole, il y avait l’ancien maire de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson, Gilles Boucher. Ce dernier a fait plus de trois heures de route pour présenter son point de vue au comité. «J’ai été élu sur un problème de bâtiment historique qu’on a réussi à sauver. Je comprends M. Hamel, mais je voulais apporter cette réflexion. C’est un héritage que vous allez laisser à votre ville.»

Il a expliqué que les municipalités ont le pouvoir de citer certains bâtiments, que cela n’implique pas un engagement financier de la part de la localité ni une obligation pour le propriétaire de restaurer un immeuble, seulement d’en assurer sa protection. «Elle est encore sauvable, non pas dans son entièreté, mais suffisamment pour être rebâtie», a-t-il dit, ajoutant qu’il serait prêt à aider financièrement les citoyens qui souhaiteraient acheter la maison.

À la suite de la demande de permis, Sainte-Croix a reçu plusieurs lettres de citoyens plaidant pour le refus du permis. Du nombre, la municipalité en a retenu 20. À la suite de ces démarches, le comité devrait rendre sa décision d’ici 10 jours, a confirmé Jacques Gauthier.

 

 

Les plus lus

Le courage de deux Apollinairois honoré

SOCIÉTÉ. Deux citoyens de Saint-Apollinaire, Patrick Beaulieu et Robert Masson, ont reçu, le 4 février, la médaille du civisme pour avoir sauvé un homme de la noyade, le 23 juin 2017, au lac des Sources. Les hommes ont été honorés lors de la 33e cérémonie de l’Hommage au civisme qui s’est déroulée à l’hôtel du Parlement à Québec.

Briser l’isolement par la motoneige

SOCIÉTÉ. Malgré la pluie et le verglas, près de 200 motoneigistes, pour la plupart des agriculteurs, se sont donné rendez-vous, ce midi, à Saint-Agapit, au Angus Zone. Ces derniers prenaient part à la cinquième Ride de skidoo Lely services agricoles.

Les bonnes pratiques en développement durable soulignées

ENVIRONNEMENT. La Société d’aide au développement de la collectivité (SADC) de Lotbinière a dévoilé, le 23 janvier, les cinq entreprises finalistes du troisième concours en développement durable.

Carambolage: qui paiera la facture ?

TRANSPORT. Le 2 février dernier, près de 200 véhicules qui circulaient sur l’autoroute 20 ont été impliqués dans un carambolage monstre, à la hauteur de Val-Alain. Plusieurs services d’urgence ont été envoyés sur les lieux, à la demande des policiers pour leur prêter assistance. Deux semaines plus tard, le maire de Val-Alain se demande qui va payer la facture.

La Ressourcerie ouvre ses portes

COMMUNAUTÉ. Afin de démystifier sa mission auprès de la population, La Ressourcerie de Lotbinière a tenu une journée porte ouverte le 25 janvier, dans ses locaux de Laurier-Station.

Un voisin bruyant

SOCIÉTÉ. Quelques citoyens du rang Saint-Frédéric, à Saint-Sylvestre, sont aux prises avec un problème assez gênant. L’une des éoliennes situées à proximité des demeures est plutôt bruyante, à un point où le son perturbe leurs activités quotidiennes.

Les glissades de Saint-Sylvestre de retour

FAMILLE. Saint-Sylvestre se transformera en centre de glisse pour une 12e année. Du 1er au 3 février, la municipalité, la Corporation D.E.F.I et le Club Lions accueilleront les amateurs de sensations fortes, au bout de la rue Delisle, dans le cadre des traditionnelles Glissades familiales.

Berce du Caucase : 14 colonies d’éliminées

ENVIRONNEMENT. L’Organisme de bassin versant (OBV) de la zone du Chêne a tracé le bilan local de la première année du projet Offensive régionale de la lutte à la berce du Caucase en Chaudière-Appalaches. Sur le territoire couvert par l’OBV, 14 colonies de berces du Caucase ont été repérées et supprimées pendant l’été 2018.

Les producteurs de grains reçoivent une première avance

AGRICULTURE. La Financière agricole du Québec a confirmé, le 22 janvier, un versement de 15,3 M$ à ses membres qui ont adhéré à la protection Céréales et canola de l’Assurance stabilisation.

La Chamaille se fera entendre pour la cour de l’École la Clé d’Or

SOCIÉTÉ. L’ensemble de musique ancienne La Chamaille sera en spectacle à l’église de Saint-Antoine-de-Tilly le 3 février prochain, à 16h. L’événement organisé par l’École la Clé d’Or vise à recueillir des fonds pour le projet d’embellissement de la cour d’école.