(Crédit photo : Facebook École secondaire Beaurivage)

FAITS DIVERS. Les mauvaises conditions climatiques et les conditions routières difficiles qui en ont découlé le 25 février ont forcé certaines écoles de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) à garder des enfants à coucher pour la nuit. Finalement, ils ont été 158 à camper dans six établissements différents.

Pendant la journée, le ministère des Transports a fermé plusieurs routes principales dans la MRC de Lotbinière, rendant du même coup les déplacements ardus, voire impossibles, entre les municipalités.

Ainsi, 122 élèves ont dormi à l’École Beaurivage. Ils étaient 62 du primaire et 60 du secondaire.

«Tous les enfants ont été très bien installés. Les gars avec les gars, les filles avec les filles. Les citoyens de Saint-Agapit ont été très généreux. Ils ont apporté des sacs de couchage, des couvertures, etc. Les élèves étaient bien encadrés. Une trentaine de membres du personnel ont veillé sur eux toute la nuit», a expliqué la responsable des communications à la CSDN, Louise Boisvert.

La cafétéria de l’établissement a servi de la pizza et du spaghetti aux enfants et l’ambiance à l’intérieur des murs était bonne, a-t-elle mentionné. «Pour les élèves, c’est plutôt la fête. Et des tas de souvenirs de cette aventure hivernale à raconter pendant des années, sans doute.»

Un tel événement ne s’était pas produit depuis 42 ans. «Le directeur de l’École Beaurivage a rapporté qu’en 1977, il y aurait eu une tempête qui avait forcé les élèves à demeurer à l’école pour la nuit», a précisé Mme Boisvert.

Les trois écoles de la Caravelle ont aussi veillé sur des enfants pendant la nuit. Ils étaient 13 à Dosquet, 8 à Saint-Flavien et 6 à Joly. «Les élèves de Dosquet ont eu droit à du spaghetti offert par la municipalité, à Saint-Flavien, au buffet d’un traiteur et à Joly, à du Poulet Fusée apporté par les pompiers», a enchaîné Mme Boisvert.

Le personnel de L’École La Mennais de Sainte-Croix a pris 4 enfants en charge. Celui de l’École secondaire Les Etchemins de Charny en avait 5 sous sa responsabilité.

En plus des repas, a ajouté Louise Boisvert, les jeunes ont aussi eu deux collations. Une en après-midi, l’autre en soirée.

À l’École Pamphile-Le May, cette situation ne s’est pas présentée. Elle avait été fermée dans la matinée en raison d’un bris d’aqueduc. Les élèves étaient déjà tous à la maison.

Pendant la soirée, certaines routes ont été rouvertes, ce qui a permis à des parents de venir chercher leurs enfants. À 9h30, le lendemain matin, les 158 enfants étaient tous repartis à la maison.

Après cette aventure, ils n’ont pas eu à retourner à l’école puisque la CSDN a fermé tous ses établissements pour la journée. Certaines routes n’étaient toujours pas ouvertes.

D’autre part, certaines municipalités de la MRC ont ouvert des centres d’hébergement pour accueillir les automobilistes et camionneurs coincés par les fermetures de routes, comme à Saint-Patrice-de-Beaurivage.

 

 

Les plus lus

Des toits s’effondrent à Saint-Gilles

FAITS DIVERS. Plusieurs toitures de Saint-Gilles ont cédé sous le poids de la neige. Les pompiers ont été appelés à intervenir à différents endroits de la municipalité, le 25 février, en lien avec ces incidents.

Saisie importante de méthamphétamines sur le territoire

FAITS DIVERS. Les policiers de la MRC de Lotbinière ont arrêté deux individus, le 1er mars dernier. Un homme dans la cinquantaine de Laurier-Station et une femme dans la vingtaine de Sainte-Croix auraient tous deux été accusés de trafic de méthamphétamines et répondus à des infractions en lien avec la Loi sur le tabac.

Cruauté animale entre Saint-Flavien et Saint-Agapit

FAITS DIVERS. Une citoyenne de Saint-Agapit aurait découvert deux chats morts gelés dans des sacs sur le rang des Pointes qui relie Saint-Flavien et Saint-Agapit.

Des élèves passent la nuit à l’école

FAITS DIVERS. Les mauvaises conditions climatiques et les conditions routières difficiles qui en ont découlé le 25 février ont forcé certaines écoles de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) à garder des enfants à coucher pour la nuit. Finalement, ils ont été 158 à camper dans six établissements différents.