La Garde côtière a fait un passage remarqué à Saint-Antoine-de-Tilly. (Crédit photo : Courtoisie)

FAITS DIVERS. La Garde côtière canadienne (GCC) et le Service de sécurité incendie de Saint-Antoine-de-Tilly ont préparé une opération qui n’est pas passée inaperçue, le 14 octobre dernier. Ils ont mis en scène un sauvetage par hélicoptère.

Il s’agissait du premier exercice du genre à se tenir dans la région. Le directeur du Service de sécurité incendie de Saint-Antoine-de-Tilly, Martin Simon, souhaitait en organiser un depuis longtemps.

Pendant la simulation, les pompiers de Saint-Antoine-de-Tilly tentaient de venir en aide à une victime en arrêt cardio-respiratoire. L’incident s’étant produit à l’embouchure de la rivière Bourret, les pompiers avaient besoin de l’hélicoptère de la GCC.

«Nous avons fait tout ce qu’il fallait. On a déployé tous nos équipements à partir de là, il y avait un coordonnateur de la Garde côtière qui était avec nous et nous a mis en communication avec la Garde côtière. On a fait appel à l’hélicoptère qui est parti de Québec pour venir chercher notre victime. On l’a embarquée comme si c’était un vrai incident», a indiqué M. Simon.

D’après le directeur du service, l’exercice a été un succès et les sapeurs de Saint-Antoine sont prêts à faire face à une situation du genre.

De plus, pour la Garde côtière, il s’agit également d’une occasion de maintenir les connaissances des sauveteurs à jour. «Pour eux aussi, c’est de la formation. Ils aiment ça tenir des exercices de ce genre», a indiqué Martin Simon. D’ailleurs, toutes les dépenses engendrées par ce déploiement sont aux frais de la GCC.

Le Service de sécurité incendie de Saint-Antoine-de-Tilly devrait tenir un exercice semblable cet hiver.

Curieux

«L’action se déroulait assez près du quai. Les gens pouvaient voir ce qui se passait de loin. Quand l’hélicoptère a décollé, j’ai fait évacuer le quai pour qu’il puisse s’y poser. […] Ensuite, les citoyens ont pu s’en approcher et jaser avec les membres de l’équipage», a poursuivi Martin Simon.

En tout, une soixantaine de personnes, dont plusieurs enfants, s’était réunie près du quai pour assister à cet atterrissage.

 

 

 

 

 

 

 

Les plus lus

Des toits s’effondrent à Saint-Gilles

FAITS DIVERS. Plusieurs toitures de Saint-Gilles ont cédé sous le poids de la neige. Les pompiers ont été appelés à intervenir à différents endroits de la municipalité, le 25 février, en lien avec ces incidents.

Saisie importante de méthamphétamines sur le territoire

FAITS DIVERS. Les policiers de la MRC de Lotbinière ont arrêté deux individus, le 1er mars dernier. Un homme dans la cinquantaine de Laurier-Station et une femme dans la vingtaine de Sainte-Croix auraient tous deux été accusés de trafic de méthamphétamines et répondus à des infractions en lien avec la Loi sur le tabac.

Cruauté animale entre Saint-Flavien et Saint-Agapit

FAITS DIVERS. Une citoyenne de Saint-Agapit aurait découvert deux chats morts gelés dans des sacs sur le rang des Pointes qui relie Saint-Flavien et Saint-Agapit.

Saisie de drogue à Lévis et à Saint-Apollinaire

FAITS DIVERS. Une opération conjointe des policiers de la Sûreté du Québec de Lotbinière ainsi que du Service de police de la Ville de Lévis a entraîné l’arrestation de trois personnes, le 21 mars, en lien avec le trafic de stupéfiants.

Des élèves passent la nuit à l’école

FAITS DIVERS. Les mauvaises conditions climatiques et les conditions routières difficiles qui en ont découlé le 25 février ont forcé certaines écoles de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) à garder des enfants à coucher pour la nuit. Finalement, ils ont été 158 à camper dans six établissements différents.