(Crédit photo: Archives)

AGRICULTURE. Les Producteurs de lait du Québec ont confirmé, le 17 avril, une hausse dans les ventes de lait ainsi que dans la demande. C’est l’un des constats qui ont été faits à l’occasion de l’assemblée générale annuelle de l’organisme.

«En 2018, nos ventes de lait ont atteint 2,596 G$, soit une croissance de 0,67%, et les volumes des livraisons ont augmenté de 2,3%, atteignant 3 367 milliards de litres. On peut dire que les produits laitiers ont toujours la cote. Nous avons toutefois été responsables en gérant notre production de façon à éviter des surplus et à nous ajuster à l'évolution de la croissance», a affirmé le président des Producteurs de lait du Québec, Bruno Letendre.

Concrètement, pour la période couvrant mars 2018 à mars 2019, les ventes canadiennes au détail de beurre ont connu une hausse de 1,9%, de 5,9% pour la crème, de 3,7% pour le fromage et de 8,0% pour la crème glacée.

Elles compensent les pertes occasionnées par le recul de 2% des ventes globales de lait de consommation et de 1,8% de yogourt. Malgré cette diminution, le marché a connu une croissance de la demande de 2,73%. De leur côté, les ventes de lait biologique ont grimpé de 2,2%.

En 2018-2019, les producteurs ont aussi fait des investissements totaux de 730 M$ sur les bâtiments, la machinerie et les équipements de ferme. L’objectif est de rendre les exploitations plus performantes, efficaces et durables.

Bruno Letendre a également indiqué, pour la prochaine année, que la Commission canadienne du lait prévoit une croissance de la demande d’environ 3%. Ces projections tiennent compte de l’ouverture du marché à la suite de la signature des traités avec l’Union européenne et les pays du Pacifique ainsi que de la ratification à venir de l’Accord États-Unis–Mexique-Canada. Ces trois ententes représentent 8,4 % du marché canadien.

 

Les plus lus

Le pôle agroalimentaire prend forme

SOCIÉTÉ. La municipalité de Lotbinière sait maintenant où elle va dans son projet de pôle de développement agroalimentaire. D’ici la fin de l’été, une cuisine commerciale devrait avoir été aménagée à même les locaux de l’ancienne quincaillerie et station-service.