L’AGA de l’UPA a eu lieu le 23 octobre dernier. (Crédit photo : François Gamache)

AGRICULTURE. Quelque 200 membres de la Fédération de l’UPA de la Chaudière-Appalaches se sont réunis, le 23 octobre, lors de leur assemblée générale annuelle. Ils en ont profité pour définir quatre grandes priorités qui seront défendues devant le nouveau gouvernement.

Assurance récolte

Dans un premier temps, les agriculteurs se sont prononcés sur une révision du programme d’assurance récolte. Ils estiment que les stations météorologiques de référence sont situées trop loin des fermes. Elles ne reflètent donc pas leur réalité. Les producteurs demandent à la Financière agricole du Québec de revoir sa méthode de calcul pour 2018 et d’augmenter le nombre de stations météorologiques.

Matières résiduelles fertilisantes

Les nouvelles méthodes de gestion des matières résiduelles organiques que devront prendre les municipalités feront augmenter de façon importante l’offre de matières résiduelles fertilisantes. Actuellement, la région est dans une situation d’équilibre, quant à la quantité de phosphore produit et disposé. L’arrivée massive de ces matières fragilisera cet équilibre et entrera en compétition avec les celles provenant de l’élevage, estime l’UPA.

Ainsi, l’organisme «souhaite que ces matières fertilisantes issues des résidus municipaux soient rendues disponibles aux secteurs ayant des besoins, mais sans créer de déséquilibre dans la disposition des surplus de déjections animales.» Un encadrement est également demandé pour éviter la contamination.

Sécurité du revenu

Dans les dernières années, le budget de la Financière Agricole du Québec a été amputé de plusieurs centaines de millions de dollars. La Fédération de Chaudière-Appalaches demande qu’il soit rétabli à au moins 630 M$ et que le gouvernement permette le réinvestissement des surplus dans la modernisation et la bonification des programmes tout en corrigeant les problèmes liés aux arrimages d’Agri-investissement et d’Agri-stabilité et en répondant aux besoins des petites entreprises et aux réalités régionales.

AEUMC

L’UPA souhaite que des mesures soient prises pour que la signature de l’Accord États-Unis Mexique Canada affecte le moins possible les différents volets de la gestion de l’offre. Aussi, il est demandé à ce que les producteurs soient compensés à la valeur réelle de leurs pertes.

 

Les plus lus

​La Recyclerie ouvre ses portes à Saint-Agapit

ENVIRONNEMENT. L’entreprise Recyc.Lav a ouvert officiellement sa première recyclerie à Saint-Agapit, le 25 mai dernier.

Bio même avant que ce soit tendance

AGRICULTURE. Avant même que les produits biologiques occupent une place importante sur les tablettes des supermarchés, certains producteurs de lait, dont plusieurs dans la MRC de Lotbinière, ont décidé de faire le virage biologique. C’est le cas de Richard Poulin, propriétaire de la ferme Anrilyn de Saint-Édouard, qui a fait le saut dans les années 1990.

Le revenu disponible en augmentation

ÉCONOMIE. Le revenu annuel disponible par habitant a augmenté de 4,1 % dans la MRC de Lotbinière. C’est ce que rapporte l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) dans sa plus récente publication, Bulletin Flash Revenu disponible.

Entente renouvelée entre le fédéral et les SADC

ÉCONOMIE. Le gouvernement fédéral et le Réseau des SADC et CAE du Québec ont renouvelé leur partenariat. Ainsi, Ottawa a confirmé lors d’une conférence de presse tenue le 7 juin, à Lévis, qu’il accordait une contribution de 169 M$ sur cinq ans, une bonification de 25 M$ par rapport à la précédente entente.

Placide Martineau acquiert le Rona de Saint-Apollinaire

ÉCONOMIE. L’entreprise Placide Martienau a confirmé, au cours des derniers jours, l’acquisition du magasin Rona de Saint-Apollinaire. Par le fait même, les six frères propriétaires ont annoncé qu’ils joignaient le réseau de quincaillers Rona.