Jeanne Gagnon a célébré ses 107 ans. (Crédit photo : Mélanie Labrecque)

COMMUNAUTÉ. La Villa Laurence de Laurier-Station a récemment souligné l’anniversaire de sa doyenne. Jeanne Gagnon a soufflé 107 bougies, le 8 février dernier.

«Je n’ai pas été plus heureuse ou plus malheureuse qu’une autre. Je vis une année après l’autre. Je prends ce qui passe, je me berce, je regarde la télé et je lis. Je suis heureuse de pouvoir dire ce que je veux et ce que je ne veux pas.»

Femme de caractère, Jeanne Gagnon a toujours été très autonome. À 100 ans, elle habitait encore seule dans son appartement de Sainte-Croix. «J’étais bien!», a-t-elle simplement lancé, se rappelant au passage la belle amitié qu’elle entretenait avec le propriétaire de l’immeuble. Toutefois, il y a trois ou quatre ans, quelques blessures ont changé la donne.

Elle demeure aujourd’hui dans un petit logement de la Villa Laurence de Laurier-Station. Malgré tout, elle tient mordicus à son indépendance. «Je fais mes affaires seule autant que possible. Je suis contente d’en faire beaucoup par moi-même!»

De 16 à 33 ans, elle a enseigné dans une école de rang avant d’épouser le père de ses enfants, un producteur laitier prospère de Sainte-Croix. De cette union sont nés quatre enfants qui sont, aujourd’hui encore, sa plus grande fierté.

«Je voulais des enfants. Je les ai eus avec plaisirs. Je les aime. Je suis contente de les avoir. Elles me rendent ce que je leur donne d’amour. Elles sont très fines pour moi et me gâtent beaucoup», raconte-t-elle. Ses filles, Hélène, Anne et Judith sont maintenant des professionnelles accomplies qui lui ont donné trois petits-enfants et trois arrières-petits-enfants.

Lorsqu’elle parle du fils qu’elle a perdu quelques jours après sa naissance, l’émotion se lit sur son visage. Elle se remémore son passage avec beaucoup de tendresse. «Il était beau comme un ange», se souvient-elle.

Au décès de son mari, en 1959, elle est retournée à l’enseignement jusqu’à sa retraite, à 62 ans. Ensuite, elle a parcouru la planète et visité plus d’une quarantaine de pays comme la France la Grèce et l’Italie, qu’elle a visité du nord au sud.

Cette envie de voir le monde, elle l’entretenait depuis longtemps. «Je me souviens de ma mère qui lisait L’Action catholique et s’étonnait devant un voyage que le premier ministre ferait en Europe. J’ai dit à mes parents que moi aussi, quand je serais grande, j’irais en Europe.»

Jeanne Gagnon est née à Fortierville en 1912. Elle est la douzième d’une famille de 16 enfants. Sa longévité, elle la tient de sa mère qui est morte à 92 ans et n’est pas la seule centenaire de sa famille. Deux de ses sœurs ont vécu 100 et 107 ans. Une autre a aujourd’hui 98 ans.

 

Les plus lus

De jeunes Gillois s’initient à l’artisanat

COMMUNAUTÉ. Les Fermières de Saint-Gilles ont initié quelques jeunes de la municipalité aux multiples techniques de l’artisanat. Depuis le début de l’année, environ 25 élèves de 8 à 12 ans ont eu l’occasion de prendre part à quatre activités différentes données au nouveau local des Fermières.

Les travaux d’agrandissement lancés

COMMUNAUTÉ. Après deux ans et demi de travail, l’agrandissement de la Maison de la Famille de Lotbinière commencera sous peu. La pelletée de terre officielle marquant le début des travaux a été donnée le 9 mai en compagnie des différents partenaires et commanditaires.

La Ferme pédagogique Marichel revient avec ses journées portes ouvertes

COMMUNAUTÉ. Encore cette année, la Ferme pédagogique Marichel de Sainte-Agathe-de-Lotbinière ouvre ses portes à la communauté avec sa traditionnelle journée porte ouverte. Depuis près de 25 ans maintenant, l’organisme accueille les visiteurs pour qu’ils puissent découvrir les multiples aspects du monde agricole. Cette année, les curieux ont rendez-vous le 26 mai, entre 10h et 16h.

Soirée pour les proches aidants

COMMUNAUTÉ. Les proches aidants font face à de nombreux défis au quotidien. L’un d’eux est de trouver des organismes qui offrent des répits adaptés à leurs besoins. C’est ce que fait le projet l’Accalmie de l’Amalgame MDJ Ouest. Afin de le faire connaître à la population et d’amasser des fonds, l’une des bénéficiaires, Nathalie Pomerleau, tiendra un souper-conférence le 15 juin prochain, à la sall...