Hervé Gauthier propose de découvrir Paris sous un autre angle. (Crédit photo : Mélanie Labrecque)

CULTURE. Paris, la Ville Lumière, en fait rêver plusieurs. Hervé Gauthier, de Sainte-Croix, a visité la capitale française à plusieurs reprises. Avec son livre Au hasard des rencontres, un Québécois à Paris, avril 2018, il invite le lecteur à sortir des sentiers battus et à découvrir une autre facette de la Ville, celle des Parisiens.

L’auteur a fait plusieurs séjours dans la capitale. Alors que sa conjointe donnait des conférences, lui, il partait appareil photo et calepin de notes en main et se laissait porter «au gré de la promenade» dans les quartiers populaires de Paris.

Au hasard des rencontres revient sur son dernier voyage qu’il a fait en avril 2018, mais surtout sur les discussions qu’il a eues avec les locaux, les Français d’origine étrangère et les migrants ainsi que de ses observations. «Ce sont des parcelles de vie [que je raconte]. Je profitais des rencontres fortuites que je faisais. Pour y arriver, il fallait que je sois disponible et que l’autre accepte de prendre son temps.»

Sur la table de sa cuisine, M. Gauthier avait disposé plusieurs blocs-notes qu’il a utilisés pendant son périple. Il y montre les notes qu’il a écrites, les plans qu’il a dessinés tout en relatant ce qui l’a poussé à faire le récit de son expérience, les rencontres et les anecdotes qui ont mené à la rédaction de l’ouvrage.

L’autre Paris

Ce qu’il reste de ces rencontres, ce sont les souvenirs. «Ça m’a fait réfléchir sur ce qu’on retire d’un voyage comme ça. C’est l’esprit des lieux qui reste parce que chaque endroit a sa particularité.»

Loin des musées, de la tour Eiffel et des Champs Élysées, Hervé Gauthier propose plutôt de découvrir le quotidien des habitants des 18e et 19e arrondissements ainsi que du quartier Saint-Denis.

«Historiquement, beaucoup d’immigrants s’y sont établis. Même Émile Zola, le romancier du 19e siècle se promenait dans ces quartiers pour y décrire la vie telle qu’elle était, les gens étaient pauvres. Il y a eu des vagues d’immigrants espagnols, italiens, algériens et turcs. […] Aujourd’hui, ils viennent des pays en guerre comme la Syrie.»

C’est aussi là qu’il a vu les nombreux camps de migrants, des installations éphémères, souvent démantelées et déplacées, des tentes à perte de vue et des gens qui espèrent obtenir leurs papiers. «Ça frappe. Ça nous met en face de tous ceux sur terre qui veulent améliorer leur condition. Eux, le chemin qu’ils ont trouvé c’est d’aller dans un pays développé qui a plus de ressources.»

Leçon de vie

Cette façon de voyager, en discutant avec les passants, l’a fait réfléchir sur sa propre attitude et son mode de vie. «On peut vivre comme ça, on peut accepter de parler à des inconnus, même chez nous. Ça déborde des voyages. D’être accueillant avec l’autre, ça peut se pratiquer partout.»

Il est possible de se procurer le livre de M. Gauthier au https://michguay.wixsite.com/editionsmelia.

 

 

Les plus lus

Patsy Gallant à Saint-Antoine-de-Tilly

CULTURE. La chanteuse Patsy Gallant sera de passage à Saint-Antoine-de-Tilly, les 20 et 21 avril. La grande dame de la chanson y donnera deux spectacles aux tonalités totalement différentes au Carrefour de Tilly.

L’École l’Arc-en-ciel remporte le concours Lotbinière complètement BD

ART. En décembre dernier, l’École l’Arc-en-ciel de Saint-Narcisse-de-Beaurivage recevait le bédéiste Luca Jalbert dans le cadre du concours Lotbinière complètement BD. Quelques mois plus tard, le jury chargé d’évaluer les œuvres produites a sélectionné la planche d’une jeune artiste de l’école, Julianne Landry. La nouvelle leur a été annoncée le 11 avril.

Les frères Julien prêts pour la finale nationale

CULTURE. Lorsqu’ils ont monté leur numéro pour Cégeps en spectacle, les frères Joakim et Pier-Olivier Julien ne croyaient pas qu’ils toucheraient autant le cœur du public. La chorégraphie que les Issoudunois ont créée en s’inspirant d’une épreuve que leur famille a traversée leur a permis d’atteindre la finale nationale du concours qui aura lieu le 27 avril, au Cégep de Sorel-Tracy.

La nature se dévoile à Saint-Apollinaire

PEINTURE. Après avoir passé 15 ans à Sainte-Flavie, dans le Bas-Saint-Laurent, l’artiste originaire de Sainte-Croix, Clodin Roy est de retour dans sa région natale. Le peintre animalier souligne son retour en exposant 27 de ses toiles au Centre multifonctionnel de Saint-Apollinaire. Art et Nature sera présentée jusqu’au 17 juin.