Les Requins seront en spectacle sur la scène Promutuel à 18h30. (Crédit photo : Courtoisie)

MUSIQUE. Le rock and roll des années 1950 et 1960 sera à l’honneur le 27 juillet, lors de la prestation du groupe Les Requins au Festival Rétro de Joly. Avec une attitude décontractée et de l’humour, les musiciens feront revivre cette époque en reprenant les succès de l’âge d’or de la musique.

Le groupe est né en 2017 à l’occasion du 50e anniversaire d’Expo 67. Alors un quintette, il revisitait les classiques de la musique québécoise sortis en 1967. Cette année, ils ont choisi de rendre hommage aux débuts du rock and roll et aux artistes qui ont établi les bases de la musique qui est jouée encore aujourd’hui : Chuck Berry, Buddy Holly, Little Richard, etc.

«Toutes les interventions sont inspirées des personnages et des vedettes de l’époque. C’est une immersion dans l’univers rétro avec un côté humoristique et des clins d’œil fait à cette époque», a décrit l’un des membres de la formation, Paolo Philpot, alias Tony.

Tout est préparé pour faire voyager le public dans le temps. D’ailleurs, les personnages qu'ils se sont créés les aident à plonger dans cette époque. «Dès qu’on enfile nos habits, on devient nos personnages et ça y va tout seul. Quand on se met dans leur peau, on ne sait pas ce qui arrivera sur scène», a-t-il poursuivi.

En s’inspirant des standards des années 1950 et 1960, Les Requins ont été en mesure d’aller chercher «l’authenticité, la fougue et l’énergie» propre à ces années et à préparer un spectacle à l’image de ceux qui y étaient donnés.

Travail minutieux

Les Requins ne se sont pas lancés dans le vide lorsqu’ils ont préparé leur spectacle. Au contraire, malgré leur jeune âge, ils sont familiers avec ce monde. Depuis huit ans, ils tournent avec leur groupe Cherry Chérie, dont la musique est inspirée de cette époque.

«On se démarque parce qu’on a un son qui rappelle cet univers. Depuis qu’on a commencé à faire de la musique, elle a toujours été teintée par ces années.»

Cela ne s’est pas fait du jour au lendemain et le résultat est le fruit d’un travail minutieux. «Nos parents écoutaient les Beatles, les Beach Boys et tout ça. Nous, on a essayé de voir de qui ces groupes s’inspiraient. C’est là qu’on a creusé un peu plus loin et découvert le rock and roll des années 1950. Quand nous en sommes venus à faire un spectacle hommage, on savait où l’on allait.»

Intemporelle

Pour les artistes, il s’agit d’une musique encore très pertinente qui touche beaucoup d’amateurs de musique «Elle traverse les époques, même avec les groupes rock actuels. Leur musique est toujours assez proche. Ils ont puisé leurs racines dans les années 1960. On n’est pas à des années-lumière», a fait remarquer M. Philpot.

Jeunes et moins jeunes s’y retrouvent facilement. «Il y a beaucoup d’engouement chez les jeunes parce qu’ils ne l’ont jamais vécu. Même si le rock and roll n’est plus ce qu’il était au niveau de sa popularité, l’ambiance d’un spectacle rock est imbattable. Pour la génération qui l’a connu, c’est une clientèle qui va dans les festivals, qui aime danser et écouter cette musique.»

 

 

 

Les plus lus