(Crédit photo : Archives)

POLITIQUE. Le gouvernement de Justin Trudeau a présenté, le 19 mars, son tout dernier budget avant l’élection de cet automne. L’exercice financier prévoit notamment une aide de 3,9 G$ pour compenser les pertes subies par les producteurs soumis à la gestion de l’offre, à la suite de la signature des différents traités de libre-échange.

L’argent mis à la disposition des producteurs laitiers, de volailles et d’œufs permettra de pallier une partie des pertes encourues à la suite de la signature des Partenariats Transpacifique et de l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne. Cette aide ne couvre pas celles qui seront provoquées par l’Accord de libre-échange États-Unis–Mexique-Canada puisqu’elle n’a pas encore été signée.

Une somme de 1,5 G$ sera également consacrée à la protection de la valeur des investissements des producteurs par un programme de garantie de la valeur des quotas. Il offrira une protection contre la diminution de la valeur des quotas à la vente.

Insatisfaisant

S’ils accueillent favorablement ces mesures, l’Union des producteurs agricoles (UPA) et les Producteurs de lait du Québec les trouvent insuffisantes.

Les Producteurs ont rappelé, par voie de communiqué, qu’environ 8,4 % de la production canadienne de lait a été cédée à la suite de la ratification des ententes avec l’Europe et l’Asie. Cela représente des pertes annuelles estimées à 450 M$. «Dans ce contexte, il est clair que malgré les sommes annoncées, les producteurs auront quand même à assumer une part des effets à long terme des concessions», a indiqué le président des Producteurs de lait du Québec, Bruno Letendre.

«Les budgets fédéraux consacrés au secteur agricole ont diminué de moitié ces quinze dernières années. Pendant ce temps, le gouvernement canadien multiplie les ententes internationales et cède des parts toujours plus importantes de nos marchés. Cette situation précarise les agriculteurs québécois et canadiens», a ajouté le président de l’UPA, Marcel Groleau.

Ailleurs dans le budget

Dans son discours, le ministre des Finances, Bill Morneau a également confirmé la poursuite de l’aide pour brancher la totalité du pays à Internet haute vitesse. Le gouvernement propose un plan de 5 à 6 G$ sur une période de 10 ans.

L’argent permettra, entre autres, de garantir la capacité de pointe des satellites en orbite basse afin de desservir les régions les plus rurales du Canada. Aussi, le programme Brancher pour innover bénéficiera de nouveaux investissements.

Pour les municipalités, le gouvernement a également confirmé une augmentation de ses transferts en octroyant une somme ponctuelle de 2,2 G$ par la taxe d’accise sur l’essence. Ce financement aidera les localités dans la réalisation de travaux majeurs d’infrastructures.

Aînés

Le gouvernement a également confirmé, pour les aînés à faible revenu, une bonification de l’exemption complète ou partielle des gains du Supplément de revenu garanti (SRG) sur les premiers 15 000 $ de revenu d’emploi.

Ainsi, le gouvernement fera passer de 3 500 $ à 5 000 $ le revenu que les aînés peuvent déclarer sans être pénalisés dans le versement des prestations du SRG. Pour les 10 000 $ suivants, une exemption partielle de 50 % sera accordée.

 

Les plus lus

Le Parti populaire du Canada présente ses candidats dans la région

POLITIQUE. Le chef du Parti populaire du Canada (PPC), Maxime Bernier a présenté, le 21 mai, les neuf candidats de la grande région de Québec qui porteront les couleurs de la formation aux prochaines élections fédérales du 21 octobre. Du nombre, on retrouve les candidats de Lévis-Lotbinière et de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis.

Le conseil des maires en bref

POLITIQUE. Les maires de la MRC de Lotbinière se sont réunis le 12 juin à l’occasion de leur rencontre mensuelle. Voici quelques points qui ont retenu l’attention.

Faire de la politique pour sauver la planète

POLITIQUE. Les candidats du Parti vert du Canada (PVC) dans Bellechasse-Les Etchemins-Lévis et Lévis-Lotbinière sont maintenant connus. André Voyer, ancien candidat indépendant à la mairie de Lévis en 2017, et Luc St-Hilaire, stratège et créateur publicitaire, défendront les couleurs de la formation dirigée par Elizabeth May, un engagement motivé par «l’urgence climatique».